Poutine : «La coopération avec la Turquie et l'Iran sur le dossier syrien porte ses fruits»

Poutine : «La coopération avec la Turquie et l'Iran sur le dossier syrien porte ses fruits»
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine à Sotchi, le 13 novembre 2017, photo © Alexander Zemlianichenko / Reuters

Les efforts communs de la Russie, de la Turquie et de l'Iran pour régler la crise syrienne sont productifs car la violence dans le pays va décroissant, a estimé le président russe Vladimir Poutine à l'issue de sa rencontre avec son homologue turc.

Au terme d'une rencontre qui a duré quatre heures, ce 13 novembre à Sotchi, les présidents turcs et russes, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, se sont félicités de la coopération entre leurs deux pays avec l'Iran sur le dossier syrien.

«Notre travail porte ses fruits en Syrie», s'est réjoui le président russe. «Je voudrais souligner, avec satisfaction, que notre collaboration avec la Turquie et l'Iran comme garants du processus de paix d'Astana continue d'avoir des résultats concrets», a ajouté Vladimir Poutine faisant référence à la mise en place de zones dites de «désescalade» en Syrie.

Les deux chefs d'Etat ont également réaffirmé leur volonté de parvenir à un règlement politique de la crise syrienne. «Nous sommes tombés d'accord pour dire que maintenant, il existe une base qui nous permette de nous concentrer sur une solution politique», a ainsi déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Après l'élimination de Daesh, une solution politique

Alors que les pourparlers de Genève consacrés à la résolution du conflit en Syrie patinent, la Russie, la Turquie et l'Iran ont convenu début mai 2017 à Astana, au Kazakhstan, de créer, dans un premier temps, quatre zones de désescalade sur le territoire syrien.

Recep Tayyip Erdogan a pour sa part souligné que le processus de paix avait contribué à la réduction de la violence dans la région. Après six rounds de négociations, la Russie, l'Iran et la Turquie ont publié en septembre dernier un communiqué commun. Les trois puissances réaffirmaient alors leur détermination à consolider la cessation des hostilités après l'effondrement de Daesh, ainsi qu' à contribuer à rapprocher les différentes belligérants.

Bien que soutenant des camps opposés en Syrie, la Turquie, qui soutient certains rebelles, et la Russie, qui appuie les opérations militaires de Damas, continuent de mettre leurs divergences de côté afin de parvenir à un règlement mettant fin au conflit syrien qui a fait des centaines de milliers de morts depuis 2011.

Lire aussi : Vers la fin du conflit syrien : Poutine annonce une intensification de la coopération turco-russe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.