La police de Zurich ne communiquera plus la nationalité des délinquants

La police de Zurich ne communiquera plus la nationalité des délinquants© Arnd Wiegmann Source: Reuters
Un manifestant déguisé en clown

Pour éviter toute discrimination, la police zurichoise ne fournira plus d’informations sur la nationalité des délinquants présumés. Seuls le sexe et l’âge, ou encore un signalement physique complet si nécessaire, seront présentés.

Le responsable de la police zurichoise, Richard Wolff, a annoncé le 7 novembre que son institution allait mettre en pratique une proposition adoptée en 2015 et émanant de deux partis suisses, le PS et les Vert'libéraux : la police municipale de Zurich ne donnera plus systématiquement la nationalité des auteurs de délits dans ses communiqués lors de l'interpellation des auteurs présumés de crimes et délits.

Exception possible sur demande et en cas de nécessité

Si cela s'avère nécessaire pour les besoins d'une enquête, seuls le sexe, l'âge et le signalement physique seront communiqués aux journalistes qui en feront la demande.

Le département de la sécurité de la ville a déclaré : «Préciser la nationalité ne sert qu'en apparence la transparence», sous-entendant que l'annonce de l'origine du délinquant n'expliquait pas l'acte en lui-même et qu'elle passait sous silence d'autres potentielles explications, telles que la faiblesse des revenus, le niveau d'éducation ou la consommation de drogue.

Selon un article du site d'informations ArcInfo.ch, «donner automatiquement et sans autre analyse la nationalité de l'auteur d'un délit dans un communiqué de police est subjectif.»

La tendance nationale reste à la transparence

La politique helvète en matière de communication des données des délinquants souligne par ailleurs que cette décision de la police municipale zurichoise va à l'encontre de la tendance en Suisse et que la police cantonale de Zürich, ainsi que la police municipale voisine de Winterthour, s'en tiendront aux recommandations de la Conférence des commandants des polices cantonales : elles continueront à préciser l'origine des délinquants.

De même, dans le canton de Soleure, les citoyens ont accepté en 2012 une initiative de l'UDC exigeant que la police et la justice précisent la nationalité des délinquants dans leurs communiqués.

Lire aussi : Vaste opération antiterroriste internationale en France et en Suisse, plusieurs interpellations

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.