«Les ennemis sont dans nos rangs» : un instructeur de la police allemande fustige ses élèves

«Les ennemis sont dans nos rangs» : un instructeur de la police allemande fustige ses élèves
Cérémonie de fin d'études d'élèves policiers allemands, illustration ©Markus Heine / Global Look Press

Dans un mémo audio qui a fuité, un instructeur se plaint du faible niveau et de la potentielle dangerosité de ses élèves policiers, qu'il attribue... à leurs origines ethniques. Le chef de la police de Berlin a jugé ces propos inappropriés.

«Ce ne sont pas des collègues, ce sont des ennemis dans nos rangs.» Dans un enregistrement audio qui n'était pas destiné à être rendu public, un instructeur de l'Académie de police de Berlin s'en prend directement aux aspirants policiers d'origine turque et arabe, de jeunes hommes âgés de 16 à 17 ans. L'instructeur avait enregistré le message à l'intention du chef de la police de Berlin, Klaus Kandt, mais le message a d'abord circulé entre officiers de police jusqu'à ce qu'il fuite.

Je n'ai jamais senti autant d'hostilité jusqu'à présent

«Je n'ai jamais rien vu de tel, la salle de classe ressemble à l'enfer, pour moitié des Arabes, pour moitié des Turcs, insolents et stupides, incapables de s'exprimer clairement», s'emporte l'instructeur dans le document audio, qui a fuité et dont RT a pris connaissance. «J'ai failli en frapper un ou deux parce qu'ils perturbaient la classe ou même dormaient», rapporte-t-il. Et de conclure tout en s'inquiétant d'une future police de second rang : «Je n'ai jamais senti autant d'hostilité jusqu'à présent.» 

Les déclarations de l'instructeur ont suscité un certain embarras dans l'encadrement de la police allemande. «La critique est permise, mais la forme et le ton [de l'instructeur] sont inappropriés», a commenté Thomas Neuendorf, porte-parole de la police berlinoise, laquelle incorpore une grande partie des 1 000 nouvelles recrues qui sortent de l'école chaque année. «La personne en question a été dépassée par la situation», ajoute-t-il, promettant toutefois de sévir contre les comportements insolents et l'indiscipline.

Lire aussi : Une trentaine de policiers seraient sous surveillance pour des liens présumés avec l'islamisme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.