Une trentaine de policiers seraient sous surveillance pour des liens présumés avec l'islamisme

Une trentaine de policiers seraient sous surveillance pour des liens présumés avec l'islamisme© Stéphane de Sakutin Source: AFP
Policiers à proximité du tribunal de Paris

Le Canard enchaîné révèle qu'une trentaine de policiers seraient sous surveillance de l'IGPN pour des liens supposés avec l'islamisme. Mais le caractère imprécis des critères d'appartenance à la mouvance empêche toute prise de mesure juridique.

Dans son édition du 11 octobre, le Canard enchaîné révèle qu'une trentaine de policiers soupçonnés d'entretenir des liens avec les milieux islamistes seraient actuellement surveillés de près. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est lui-même inquiété de la présence de ces éléments au sein de la police nationale.

D'après les informations de l'hebdomadaire satirique, une cellule spéciale au sein de l'inspection générale de la police nationale (IGPN), chargée de détecter et de surveiller ces individus, aurait établi leur nombre à trente, parmi lesquels une dizaine entretiendraient des liens avec des réseaux salafistes connus des services de renseignement.

Tout le problème réside dans la difficulté à établir avec certitude l'appartenance de ces policiers à la mouvance islamiste. «Les signes avérés et manifestes de radicalisation varient selon les appréciations», explique le Canard enchaîné. Le journal cite d'ailleurs des cas de policiers s'étant retrouvés dans le lot des individus surveillés pour avoir... consommé de la nourriture halal ou consulté des sites en arabe. L'imprécision des critères justifiant ces mises sous surveillance rend ainsi difficiles d'éventuelles procédures judiciaires.

A l'occasion de la présentation de la loi antiterroriste devant l'Assemblée nationale le 3 octobre dernier, Gérard Collomb avait déjà évoqué pour la première fois cette menace : «Comment comprendre que puissent demeurer en fonction un policier, un gendarme ou un détenteur de l'autorité publique, quand une enquête administrative fait état de signes avérés et manifestes de radicalisation ?» Cette déclaration intervenait quelques jours après que RTL eut révélé qu'un ancien fiché S avait réussi à intégrer la police.

Lire aussi : Attentat déjoué dans le XVIe à Paris : l'un des suspects aurait voulu devenir gendarme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»