Un avocat égyptien fait scandale en déclarant «devoir national» le viol des femmes aux jeans troués

Un avocat égyptien fait scandale en déclarant «devoir national» le viol des femmes aux jeans troués© AlAssema TV / YouTube
L'avocat controversé Nabih al-Wahsh

Le Conseil national pour les Femmes en Egypte est monté au créneau après qu'un avocat a déclaré sur le plateau d’une chaîne télé, qu'il était du devoir des hommes de violer les femmes portant un jeans déchiré au niveau de la cuisse ou des fesses.

«Une fille qui se balade dans la rue, avec une déchirure sur son jeans, au niveau de la cuisse ou de son derrière, vous savez ce que j'en pense ? Je pense que harceler une telle fille est un devoir national, la violer est un devoir national !» Ces propos ont été tenus fin octobre par l'avocat égyptien Nabih al-Wahsh, invité à un débat au sujet d’une proposition de loi sur la prostitution, sur la chaîne de télévision égyptienne Al-Assema.

Aussitôt prononcées, ces phrases ont déclenché la colère des contradictrices de l'avocat présentes sur le plateau. Mais elles ne sont pas les seules à avoir été outrées par cet appel au viol.

La directrice du Conseil national égyptien pour les Femmes (un organisme public), Maya Morsi, a dénoncé le 29 octobre la déclaration de Nabih al-Wahsh qu’elle a qualifiée de «promotion de la culture du viol». Elle s’est insurgée contre cet «appel flagrant au viol des femmes», rappelant qu’il était contraire à la Constitution égyptienne et se disant «étonnée que de tels propos émanent d'un avocat qui est censé protéger les droits et les libertés». Maya Morsi a également annoncé que le Conseil déposerait une plainte contre Nabih al-Wahsh et contre la chaîne Al-Assema, auprès du Conseil suprême des médias.

L’avocat au cœur de la polémique a par la suite tenté de justifier ses propos. «Ma fille mériterait cela aussi [d’être violée ou harcelée] si elle décidait de porter un jeans déchiré à l’arrière», a-t-il déclaré, d’après Daily News Egypt. Il a néanmoins tenu à ajouter que ses filles portaient des vêtements «pudiques».

Nabih al-Wahsh a en outre qualifié le Conseil national pour les Femmes en Egypte de «repaire suspect», promouvant selon lui un agenda idéologique occidental et étant responsable d’une «épidémie de divorces», d’après le site d'information El Watan.

Selon un rapport de l’ONU publié en 2013, 99,3 % des femmes en Egypte ont déjà été harcelées ou agressées sexuellement. Il est à noter que le gouvernement égyptien n’a pénalisé les agressions sexuelles qu’en 2014.

Lire aussi : Avoir des rapports avec sa conjointe défunte est-il hallal ? Un théologien égyptien suscite un tollé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.