«Incroyablement raciste», une expo photo ferme en Chine, après avoir comparé Africains et animaux

«Incroyablement raciste», une expo photo ferme en Chine, après avoir comparé Africains et animaux© Wildlife Planet / YouTube
Capture d'écran d'une vidéo montrant l'exposition incriminée.

Le musée de Hubei, en Chine, a retiré une exposition devant le caractère raciste des œuvres dénoncé par de nombreuses personnes. Baptisée «Voici l'Afrique», elle combinait des visages expressifs d'Africains et des photos d'animaux, dont des singes.

Une exposition de photographies montrant des Africains côte à côte avec des animaux sauvages au musée provincial de Hubei, dans la ville chinoise de Wuhan, a suscité la polémique à tel point que la direction a décidé de la retirer.

Ouverte début octobre, l'exposition avait au départ engendré des critiques positives, notamment de la part du directeur de la Maison d'édition photographique de Chine, un des principaux éditeurs de photographies chinois, qui avait qualifié cette initiative d'«intelligente et visuellement percutante, capturant la vitalité de la vie primitive», selon le site internet Shangaiist le 12 octobre.

Mais tout le monde n'a pas été du même avis. Née d'un message publié sur Instagram par un utilisateur nigérian du réseau social, la polémique a vite enflé jusqu'au retrait des photos de l'exposition, qualifiée d'«incroyablement raciste» par le site internet anglophone Shangaiist.

«Le musée provincial de Hubei place des photos d'une race en particulier à côté d'animaux sauvages, pourquoi ? Est-ce la seule race à avoir l'air pauvre ?», pouvait-on lire dans le texte indigné d'un utilisateur nigérian d'Instagram (supprimé par la suite), vidéo à l'appui. 

La série avait été réalisée par le photographe Yu Huiping, un homme d'affaire chinois par ailleurs vice-président l'Association de photographie de Hubei, au cours de ses nombreux voyages en Afrique, un continent qu'il «aime beaucoup» selon le conservateur de l'exposition, Wang Yuejun.

Ce dernier a justifié ce choix polémique en expliquant qu'elle s'adressait à un public majoritairement chinois, pour lequel l'association entre humains et animaux n'est pas forcément négative et peut même au contraire être considérée comme valorisante. Il a tout de même concédé qu'il comprenait les inquiétudes ainsi soulevées et avoir fermé l'exposition par «respect pour l'opinion [des] amis Africains». 

Les polémiques autour du racisme sont un phénomène nouveau en Chine, où 92% de la population appartient à l'ethnie majoritaire Han et où la sensibilisation sur ce sujet est relativement récente.

Plus tôt dans la semaine, l'application mobile WeChat avait présenté ses excuses en raison d'une erreur de traduction automatique qui transformait les termes «étranger noir» écrits en chinois en une insulte à caractère raciste. 

L'année précédente, une publicité pour une marque de lessive montrant une Chinoise mettre un Africain dans une machine à laver, puis ressortir sous les traits d'un Asiatique, avait provoqué un tollé mondial

Lire aussi : «Waff'EM SS» : un étudiant strasbourgeois inquiété pour un compte Facebook, la LICRA se félicite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.