Les Etats-Unis votent contre une résolution de l'ONU dénonçant la peine de mort pour homosexualité

Les Etats-Unis votent contre une résolution de l'ONU dénonçant la peine de mort pour homosexualité© Stephanie Keith Source: Reuters
L'ambassadrice américaine au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, Nikki Haley

L'ambassadrice américaine au Conseil des droits de l'homme de l'ONU a voté comme les représentants de pays où l'homosexualité est passible de peine de mort, tels que l'Egypte ou encore l'Arabie saoudite.

Le 29 septembre dernier, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a adopté par 27 voix pour, 13 contre et 7 abstentions, une résolution condamnant l'usage injustifié de la peine de mort à l'encontre des femmes, des personnes handicapées, sur des critères ethniques ou pour cause d'homosexualité. 

La France, où la peine de mort a été abolie en 1981, figurait parmi les signataires de la résolution. Les Etats-Unis par contre ont fait partie des pays ayant voté contre, aux côtés du Bangladesh, de l'Egypte, de la Chine, du Burundi, de l'Inde, du Japon, du Qatar, de l'Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis, de l'Irak et de l'Ethiopie.

C'est la première fois qu'une telle résolution mentionne directement l'homosexualité. Le texte demande aux pays signataires de s'assurer que la peine de mort n'est pas utilisée de manière discriminatoire, sans pour autant chercher à l'interdire dans les pays où elle a cours. 

Si l'administration américaine a assuré «condamner sans équivoque l'application de la peine de mort pour homosexualité, blasphème, adultère et apostasie», elle explique avoir voté contre la résolution «en raison de préoccupations concernant la condamnation, par cette résolution, de la peine de mort en toutes circonstances». En 2014, l'administration Obama s'était abstenue sur une résolution du même type.

Lire aussi : Etats-Unis : Obama nomme «monument national» un site symbolique des droits LGBT

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.