Pourquoi le rapport de Twitter sur le rôle de RT dans la présidentielle US déçoit ses détracteurs

Pourquoi le rapport de Twitter sur le rôle de RT dans la présidentielle US déçoit ses détracteurs
Illustration ©Thomas White/Reuters

Les accusations d'«ingérence russe» dans le processus démocratique américain continuent d'occuper les médias ainsi que le Sénat américain. Dernier épisode en date, un rapport de Twitter... qui ne conclut pas grand-chose.

Au moment où les responsables des réseaux sociaux défilent devant la commission du Sénat américain sur la Russie pour témoigner de l’ingérence présumée de Moscou dans le processus électoral, Twitter a publié un rapport très attendu. Dans ce document, le réseau social explique avoir mené des enquêtes fondées notamment sur ses propres données mais aussi sur celles venant d’un autre géant du web, Facebook. Or, plutôt que d'évoquer d'hypothétiques pirates informatiques, le rapport présenté le 28 septembre 2017 devant la Commission d'enquête du Sénat américain sur la Russie, se consacre largement à un média, en l'occurrence... RT.

Et qu'apprend-on ? Pas grand chose, si ce n'est que, selon Twitter, RT a ainsi financé environ 1 800 tweets promotionnels. Moyennant finance, les entreprises peuvent en effet cibler leurs messages sur les réseaux sociaux vers des audiences particulières, grâce à des algorithmes. «Selon notre enquête interne, RT a dépensé 274 000 dollars en campagnes promotionnelles en 2016», précise Twitter dans le même communiqué, poursuivant : «[Les trois comptes]  @RT_com, @RT_America, et @ActualidadRT ont [payé] la promotion de 1 823 tweets, ciblant [soit] certainement, [soit] possiblement le marché américain», détaille ainsi Twitter sur son blog. Rien de bien exceptionnel donc, les médias lancent en effet régulièrement des campagnes de communication sur internet afin de gagner de l'audience, que ce soit sur Twitter, Facebook ou encore Google, avec le dispositif AdWords, largement utilisé par les sites de commerce en ligne.

RT promeut ses publications comme n'importe quel média...

Mais les révélations tombent encore un peu plus à plat quand on poursuit la lecture du blog, dont la traduction nécessite de nombreuses précisions, entre crochets, afin de lever toute ambiguïté de langage : «Ces campagnes étaient destinées à des utilisateurs de Twitter, lecteurs de médias mainstream», lit-on encore, avant de noter : «[Ces tweets] faisaient essentiellement la promotion de tweets de RT relayant [eux-mêmes] des articles et informations de RT.»

Et c'est là que s'arrêtent les conclusions à charge contre les médias russes... Margarita Simonian, la rédactrice en chef de RT monde est montée au créneau, s'étonnant de la banalité de la révélation. «Apparemment, nous avons dépensé de l'argent en campagnes publicitaires ! Oui effectivement, comme n'importe quel autre média à travers le monde», a-t-elle fait valoir. Et d'ajouter : «Vous remarquerez que des campagnes promotionnelles similaires sont menées par les médias américains sur Twitter en Russie.»

Le Parti démocrate déçu par des conclusions pas assez accablantes à son goût

Mais ce n'est pas la seule accusation contre la Russie, qui est également mise en cause pour l'utilisation supposée de «bots», des comptes automatiques «non-humains», lesquels auraient propagé de fausses informations afin de faire basculer les Etats indécis, les «swing states», en faveur de Donald Trump... Et c'est Twitter qui répond à la question.

Dans un mail adressé à l'AFP, le réseau social a affirmé que les études menées par des parties tierces sur l'influence des bots et de la désinformation sur Twitter sont «presque toujours fausses et méthodologiquement très imparfaites», notamment parce que seuls 2% des tweets sont géolocalisés.

Depuis la fin 2016, les réseaux sociaux ont été désignés comme responsables de la défaite surprise d'Hillary Clinton à la présidence américaine, donnée pourtant gagnante par de nombreux médias dits «mainstream». Facebook et Twitter se sont retrouvés sous les projecteurs, accusés d'avoir malgré eux servi de plateforme d'une propagande venue de Russie pendant la campagne électorale.

Les conclusions de Twitter, plutôt modérées, ont particulièrement déçu le parti d'Hillary Clinton, qui semblait en attendre les preuves accablantes de l'action de la Russie – ou de hackers russes, ou encore de désinformation russe – dans l'élection de Donald Trump.

Le sénateur de la Virginie Mark Warner, membre du comité d'enquête sur la Russie, a notamment fait part de son amertume sur CBS News. «[Le rapport] montre un manque énorme de compréhension de la part de l'équipe de Twitter», a-t-il clamé ce 28 septembre, et d'ajouter : «C'est un sujet grave, c''est une menace pour les institutions démocratiques». La frustration dans le camp des démocrates américains étant palpable, on se demande ce qu’ils attendaient vraiment de ce rapport.

Lire aussi : Trump : «Le canular russe continue, maintenant ce sont des publicités sur Facebook»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.