«Les "amis de la Syrie" ont versé le sang de milliers de syriens» : le représentant de Damas à l'ONU

«Les "amis de la Syrie" ont versé le sang de milliers de syriens» : le représentant de Damas à l'ONU© ANGELA WEISS Source: AFP
Walid Muallem à l'ONU le 21 septembre 2017.

A New York, le ministre syrien des Affaires étrangères est longuement revenu sur le conflit qui ravage son pays. Il a égratigné les Etats-Unis, la Turquie et Israël, les accusant notamment de financer des groupes terroristes opérant en Syrie.

«Aucun peuple n'a plus souffert du terrorisme que le peuple syrien», a déclaré à la tribune de l'assemblée générale des Nations unies le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem, le 23 septembre.

Soulignant la volonté de Damas de travailler à une résolution politique du conflit syrien, afin de mettre un terme «au bain de sang», il a réaffirmé l'importance de «séparer les groupes terroristes de ces groupes qui ont accepté de participer au processus [de paix] d'Astana».

Damas dénonce les «actions de voyous»

Walid al-Mouallem a dénoncé les agissements de la Turquie, qui «poursuit sa politique agressive envers le peuple syrien» en soutenant, selon lui, des groupes terroristes, mais aussi les «actions de voyous» d'Israël. Il a en effet accusé l'Etat hébreu de s'être immiscé dans le conflit syrien en soutenant des organisations djihadistes dans le pays, mais également en y menant des frappes en violation de la souveraineté syrienne.

«Personne ne peut priver le peuple libre syrien de la volonté de bâtir son avenir», a poursuivi le ministre.

«Amis» de la Syrie ?

Concernant les accusations d'utilisation d'armes chimiques par le gouvernement de Bachar el-Assad, le ministre syrien a démenti, soulignant que l'arsenal chimique syrien avait été démantelé sous la supervision d'observateurs internationaux.

Il s'en est ensuite pris aux membres de la Conférence internationale des amis de la Syrie, qui réunit notamment la France, l'Arabie saoudite, les Etats-Unis et d'autres pays soutenant l'opposition syrienne. Le ministre les a accusés d'avoir versé «le sang de milliers de syriens en soutenant les terroristes».

«La coalition menée par les Etats-Unis a tué davantage de civils innocents que de terroristes et a détruit des infrastructures vitales pour les Syriens», a encore déclaré Walid al-Mouallem. Evoquant l'utilisation par la coalition de «munitions au phosphore et d'autres armes interdites par le droit international», il a ajouté : «Nous ne comprenons pas le silence de la communauté internationale face à ces crimes.»

Lire aussi : Daesh ou rebelles soutenus par la CIA, Damas combattra tous ceux qui s'opposent à la reconquête

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.