Des recrues désenchantées de Daesh tentent de rentrer à la maison

Capture d'écran, vidéo youtube L Jinny
Capture d'écran, vidéo youtube L Jinny

Un célèbre djihadiste britannique soupçonné d’avoir joué un rôle de bourreau a réussi à déserter en se déguisant en réfugié. Il fuit en ce moment vers la Turquie. Mais il n’est pas le seul à avoir perdu ses illusions sur la vie de Daesh.

On a déjà entendu beaucoup d’histoires inquiétantes sur ces jeunes européens qui essaient de rejoindre l’Irak et la Syrie pour tenter l’aventure djihadiste. Mais il y a aussi ceux qui ont décidé que la vie de combattant de l’Etat islamique n’est pas faite pour eux.
Un djihadiste britannique soupçonné d’avoir été bourreau pour Daesh, apparaissant sur plusieurs vidéos de décapitations d'otages et surnommé «Jihadi John», a quitté le groupe terroriste après avoir apparemment perdu ses illusions.
Abdel-Majed Abdel Bary, âgé de 24 ans, est né et a grandi dans l’Ouest de Londres et a été rappeur.

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook il y a deux ans, le rappeur demandait à ses followers de suivre sa chaîne youtube.

Un mois après, il a laissé un commentaire sur le réseau social indiquant qu’il n’allait plus écrire de musique et qu’il avait abandonné tout ça pour Allah.

TheUnknown mixtape with my bro tabanacle will be the last music I'm ever releasing. I have left everything for the sake of Allah

Posted by Lyricist Jinn Matic on 1 Июль 2013 г.

Mais il s’avère désormais qu’il n’a plus envie de mener une vie de sacrifice. Maintenant qu’il a déserté, il se retrouve sur la liste des criminels recherchés. Il est donc poursuivi à la fois par les service britanniques de sécurité et par ses anciens collègues extrémistes.

La chaîne RT a contacté la Metropolitan Police, la force territoriale de police qui couvre le Grand Londres, pour un commentaire sur le cas d’Abdel Bary. La police, a à son tour affirmé n’avoir rien à déclarer sur cet individu en particulier, mais a indiqué que 700 anglais sont partis pour la Syrie avec l’objectif de rejoindre les rangs de l’Etat islamique. «On pense que près de 700 extrémistes sont parmi les britanniques qui ont voyagé vers la Syrie, une proportion signifiante de voyageurs le font pour rejoindre Daesh», a indiqué Metropolitan Police.

Cependant, les Britanniques ne sont pas les seuls qui partent, on a également signalé un grand nombre de français qui ont passé des mois dans les rangs de l'État islamique et d’après certaines informations, ils ne sont pas particulièrement satisfaits de leur séjour là-bas.

Après avoir réalisé que la vie en Syrie n’est pas toujours idyllique, des recrues de Daesh ont demandé à leurs avocats de préparer leur retour en France. Des messages suivants venaient de jeunes hommes : «J'en ai marre. Ils me font faire la vaisselle», s’est adressé une des recrues de Daesh après avoir passé quelques mois en compagnie des combattants.

Le manque de modernité a fait plusieurs d’entre eux s’indigner de leur mode de vie. «J'en ai ras-le-bol. Mon iPod ne fonctionne plus ici. Il faut que je rentre !». D’autres ont peur pour leur vie, «Ils veulent m'envoyer au front alors que je ne sais pas combattre», aurait dit une recrue, citée par le Figaro.

Le journaliste et spécialiste du Moyen-Orient Dilly Hussein, interrogé par RT, estime que beaucoup de jeunes musulmans qui sont motivés au départ pour rejoindre les djihadistes, deviennent rapidement déçus une fois arrivés sur place.

«La communauté musulmane dans les pays européens se trouve sous une pression extrême, l’islamophobie est en hausse, ainsi plusieurs musulmans un peu perdus, et influencés par des imams radicaux estiment que Daesh leur permettra de trouver leur voie. Mais malheureusement, une fois arrivés là-bas, ils se retrouvent trop loin de leur réalité», a expliqué Dilly Hussein, en ajoutant que cela ne fait que souligner la naïveté de ceux qui sont partis pour rejoindre l’Etat islamique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales