Syrie : des forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis s'emparent de la vieille ville de Raqqa

- Avec AFP

Syrie : des forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis s'emparent de la vieille ville de Raqqa© Zohra Bensemra Source: Reuters
Les fumées au-dessus de la ville de Raqqa (illustration).

Des forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis en Syrie ont chassé le 1er août le groupe Daesh de la vieille ville de Raqqa, se rapprochant de la zone la mieux fortifiée par les djihadistes, selon un porte-parole de cette alliance.

«Nous avons pris aujourd'hui le contrôle de la totalité de la vieille ville [de Raqqa] après des combats contre Daesh», a affirmé Talal Sello, porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes rebelles soutenue par Washington.

La bataille pour la vieille ville avait débuté il y a deux mois. Entrées le 6 juin dans la cité présentée comme la «capitale» de l'Etat islamique, les FDS ont chassé les djihadistes de plus 60% de la ville, qu'ils contrôlaient depuis 2014.

«Nous sommes aux portes du périmètre de sécurité de Daesh dans le centre-ville, où se trouvent les principaux quartiers généraux [des terroristes]», a ajouté Talal Sello.

Le centre-ville comprend la vieille ville et le quartier administratif, où se trouvent notamment l'ex-siège du gouverneur et les bâtiments qui abritaient les services de renseignements. Ce quartier administratif est, lui, fortement sécurisé par les djihadistes qui s'y sont barricadés.

Le porte-parole des FDS s'est refusé à dire quand ses forces allaient pouvoir s'emparer de la totalité de Raqqa, affirmant que les opérations se déroulaient selon le «plan prévu».

La violence des combats et des frappes de la coalition internationale menée par Washington a suscité des craintes pour le sort des civils bloqués dans la ville, Amnesty international estimant qu'ils étaient pris au piège dans un «labyrinthe mortel». L'ONU estime qu'il reste encore jusqu'à 25 000 civils dans la ville, alors que des dizaines de milliers d'autres ont fui, bravant les tireurs embusqués de Daesh, les mines et les bombardements.

Lire aussi : Damas dénonce auprès de l'ONU l'utilisation par la coalition de bombes au phosphore sur un hôpital

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.