Plus de 130 000 Américains appellent la Maison Blanche à classer les antifas comme terroristes

Plus de 130 000 Américains appellent la Maison Blanche à classer les antifas comme terroristes© Stephanie Keith Source: Reuters
Pancarte antifasciste lors d'une manifestation à Boston le 19 août 2017

Une pétition officielle ayant réuni plus de 130 000 signatures, dépassant ainsi le seuil légal lui permettant d'être examinée, demande à l'administration américaine de classer les militants antifascistes comme terroristes. 

En cinq jours plus de 134 000 Américains ont signé une pétition officielle demandant que le mouvement antifasciste soit classé comme groupe terroriste par l'administration américaine.

Le premier amendement de la constitution américaine garantit en effet le droit de pétition de ses citoyens. A l'heure d'internet, une plate-forme a été créée afin de faciliter la procédure de sollicitation du gouvernement. Si un texte recueille 100 000 signatures en 30 jours, la Maison Blanche s'engage à ce qu'il soit soumis aux experts politiques appropriés et à fournir une réponse officielle. 

L'auteur de la pétition assure que les antifascistes sont à l'origine «d'actions violentes dans de nombreuses villes» et qu'ils ont «incité au meurtre de plusieurs policiers aux Etats-Unis».

«Le terrorisme est défini par l'utilisation de la violence et de l'intimidation afin de servir un objectif politique», poursuit le texte, avant d'appeler le Pentagone à être «cohérent dans ses actions». 

«Comme [le Pentagone] a, avec raison, qualifié Daesh de groupe terroriste, il doit déclarer les antifas groupe terroriste, au nom des principes d'intégrité, de moralité, et de sécurité», peut-on lire dans la pétition. 

Ce texte paraît quelques jours après les violences de Charlottesville du 12 août en Virginie autour du retrait d'une statue confédérée, ayant entraîné la mort d'une militante antiraciste. 

Donald Trump avait ensuite été critiqué pour avoir mis dos à dos les militants d'extrême-gauche et d'extrême-droite.

«J'ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez d'un côté un groupe agressif. Et vous aviez un groupe violent de l'autre côté. Personne ne veut le dire», avait-il affirmé le 15 août.

«Que dire de l'Alt left qui a attaqué l'Alt right [terme qui désigne la «droite alternative», à droite du parti Républicain] comme vous dites ? N'ont-ils pas une part de responsabilité ?», a-t-il tonné. «J'ai condamné les néo-nazis. Mais tous les gens qui étaient là-bas n'étaient pas des néo-nazis ou des suprématistes blancs, loin s'en faut», avait-il poursuivi. 

Lire aussi : Un drapeau confédéré brûlé lors d’une manifestation antiraciste à Boston

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.