Le groupe «Scooter» soutenu par la télévision allemande après une visite en Crimée

Le groupe «Scooter» soutenu par la télévision allemande après une visite en Crimée© Sergueï Malgavko Source: Sputnik
H.P. Baxxter et Phil Speiser pendant leur concert en Crimée

Les célèbres musiciens allemands, qui risquent la prison en Ukraine pour avoir participé à un festival en Crimée, ont la liberté de choix, selon la chaîne allemande RTL, productrice de l'émission à laquelle participe le soliste du groupe.

«Le choix de l’endroit et l’organisation de concerts en tant que musicien relèvent exclusivement de la compétence de H.P. Baxxter ou de ses managers» : c’est en ces termes que la chaîne allemande RTL a répondu à l’ambassadeur ukrainien en Allemagne. Ce dernier avait appelé la chaîne, le 6 août, à arrêter de coopérer avec le soliste du groupe électro Scooter, H.P. Baxxter, qui participe à l'émission populaire DSDS («L’Allemagne cherche la superstar»).

«J’appelle les organisateurs de l'émission DSDS à exclure du jury H.P. Baxxter qui viole obstinément les lois d’un Etat étranger», a tweeté le diplomate ukrainien Andrij Melnyk. Il a également noté que le concert de Scooter en Crimée aurait «des conséquences juridiques désastreuses», indique l'hebdomadaire Spiegel.

«Scooter» est un groupe incontournable de la scène électro allemande depuis de nombreuses années. Créé en 1993 et toujours actif, il est composé actuellement de  H.P. Baxxter, de Phil Speiser et de Michael Simon. Au cours de son existence, «Scooter» a remporté plus de 80 disques d'or et de platine.

Le 4 août, «Scooter» s’est produit à Balaklava, en Crimée, pendant le festival ZBFest qui a attiré des milliers de spectateurs. Le soliste H.P. Baxxter a déclaré à ce sujet qu’il n’y allait pas «pour faire de la politique mais parce que ses fans y habit[aient]». Pourtant, en prévision de ce concert, Kiev s’est fermement opposé à la participation du groupe allemand au festival sur un territoire qu’il considère comme ukrainien. Après ce déplacement, les autorités ukrainiennes ont ouvert une enquête pénale à l’encontre des membres du groupe qui risquent d'être interdits de séjour en Ukraine et condamnés à plusieurs années de prison.

Lire aussi : Voyage en Crimée : Mariani visé par une procédure en Ukraine qui ne l’«empêche pas de dormir»

Les membres du groupe ont également été inscrits sur la base de données du site ukrainien Mirotvorets. Ce site controversé a fait scandale en 2016 en publiant en accès ouvert les données confidentielles de journalistes du monde entier, de miliciens du Donbass, ainsi que d'artistes et autres personnalités ayant violé, selon le site, les lois ukrainiennes en se rendant en Crimée ou dans les régions de Donetsk et de Lougansk sans avoir obtenu d'autorisation délivrée par Kiev.

La Crimée a été rattachée à la Russie en mars 2014 après un référendum lors duquel 96,7% des votants de la péninsule ont approuvé la réunification avec la Russie. Moscou a souligné à plusieurs reprises que le référendum s’était déroulé conformément au droit international et à la charte de l’ONU.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.