Dans les rues dévastées de Raqqa, des chiens mangent de la chair humaine

Dans les rues dévastées de Raqqa, des chiens mangent de la chair humaine© Goran Tomasevic Source: Reuters
Un combattant des FDS dans la zone de Raqqa le 27 juin 2017
Suivez RT France surTelegram

La ville de Raqqa et ses alentours sont totalement dévastés par les frappes aérienne de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et les affrontements entre djihadistes de Daesh et Forces démocratiques syriennes (FDS). Témoignages.

La bataille pour la reprise de Raqqa fait rage et tourne au carnage. Les dommages causés par les affrontements terrestres entre l'Etat Islamique (EI) et les Forces démocratiques syriennes (FDS), couplés aux frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par Washington, réduisent progressivement la ville et sa région en champs de ruines.

Les civils qui parviennent à s'échapper de la zone livrent des témoignages effrayants sur la situation. «Il y a des cadavres plein les rues. Les écoles ont été ciblées, les ponts, les mosquées. Les morts se décomposent dans les rues, certaines personnes ont été traînées par des voitures», a confié un de ces réfugiés à l'agence de RT, Ruptly. 

Auteur: Ruptly TV

«Les chiens mangeaient les corps car il n'y avait personne pour les retirer», a rapporté un autre civil, qui se trouve désormais réfugié à Hama. 

Les civils sont pris en étau entre les djihadistes contrôlant encore la ville et les frappes de la coalition. Des civils rencontrés par Ruptly accusent Daesh et les bombardements d'avoir causé des destructions massives. «Il ne reste rien à Raqqa, à part les ruines laissées par la coalition et l'EI», confie un autre rescapé du siège ayant réussi à rejoindre Hama. «Nous voulons être débarrassés de l'EI et de la coalition. Nous voulons vivre comme des Syriens en sécurité, comme avant», ajoute-t-il. 

Les familles qui s'échappent de la ville syrienne assiégée ont toutes des histoires de morts ou de carnages à raconter. «Tous les villages ont leur massacre, des massacres partout», livre un autre réfugié de Raqqa rencontré par l'équipe de RUPTLY. L'homme raconte que dans le village de Mayslaoun, 16 personnes ont perdu la vie dans un seul raid de la coalition. «C'était des civils qui n'avaient rien à voir [avec Daesh]», ajoute-t-il.

«Les maisons, les familles, les enfants, les femmes, ils sont tous touchés par ces frappes au hasard», continue-t-il, avant d'ajouter : «Des villages entiers ont été rasés.»

Un autre témoin décrit sa douleur quand douze habitants de son quartier sont morts durant un raid. Il a pu survivre car il dormait dans sa cour. «Je suis revenu le matin et j'ai vu que 12 d'entre eux étaient morts... les enfants, la mère et l'homme», raconte-t-il.

Selon les estimation des Nations unies, environ 190 000 habitants de Raqqa ont été déplacés depuis le 1er avril. Depuis l'offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), armées et soutenues par les Etats-Unis, début juin, 20 000 personnes supplémentaires auraient quitté la région. De son côté, la coalition a estimé avoir fait environ 600 victimes collatérales dans ses bombardements. 

Lire aussi : Syrie : des soldats américains opèrent dans Raqqa (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix