Armes chimiques : les accusations américaines vont «compliquer» les discussions de paix selon Moscou

Armes chimiques : les accusations américaines vont «compliquer» les discussions de paix selon Moscou Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Alors que Washington a accusé Damas d'être en train de préparer une attaque chimique, faisant planer le spectre d'une nouvelle intervention américaine contre l'armée syrienne, Moscou estime que cette attitude complique de futures discussions de paix.

Le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Guennadi Gatilov, a déclaré ce 28 juin que les récentes affirmations de la Maison Blanche selon lesquelles l'armée syrienne préparerait une attaque chimique allaient compliquer les discussions de paix. 

Cité par l'agence russe RIA Novosti, Gennady Gatilov a qualifié les accusations américaines de «non-sens» et de «provocation». «Ces affirmations ne sont fondées sur rien», a-t-il estimé. «Si l'objectif est de renforcer la spirale des tensions, nous estimons que cela est inacceptable», a-t-il ajouté.

Le vice-ministre a également enjoint les Etats-Unis à ne pas engager d'«action unilatérale», alors que Washington évoquait, dans l'hypothèse d'une utilisation d'armes chimiques par les forces syriennes, une responsabilité partagée de l'Iran et de la Russie.

Des accusations américaines pouvant déboucher sur une intervention armée ?

Le 27 juin, la Maison Blanche avait mis en garde Bachar el-Assad contre «les lourdes conséquences» que pourraient avoir une éventuelle utilisation d'armes chimiques contre des civils. Cet avertissement suivait une affirmation selon laquelle Washington disposerait d'informations laissant penser que le gouvernement syrien pourrait perpétrer une attaque de ce genre dans un futur proche.

Rapidement, le président français Emmanuel Macron a emboîté le pas à son homologue américain. L'Elysée a en effet annoncé quelques heures plus tard que les présidents français et américain s'étaient entretenus par téléphone et avaient souligné «la nécessité de travailler à une réponse commune en cas d’attaque chimique en Syrie».

Depuis l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun survenue le 4 avril dernier, les pays occidentaux accusent Damas d'avoir utilisé des armes chimiques. Face à ces accusations, la Défense russe s’est dite prête à présenter des preuves irréfutables que l’aviation syrienne avait en réalité visé un entrepôt des rebelles, dans lequel il s'est avéré qu'ils stockaient des matériaux chimiques.

Après cet incident dont les circonstances ne sont toujours pas connues en détail, l'armée américaine avait tiré 59 missiles Tomahawk dans la nuit du 6 au 7 avril depuis deux navires américains vers la base aérienne d’Al-Chaayrate, près de Homs. Cette attaque avait été condamnée par plusieurs pays, dont la Russie, comme étant une agression contre un Etat souverain.

Lire aussi : Macron et Trump prêts à travailler à une «réponse commune» en cas d’attaque chimique en Syrie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»