Un policier poignardé dans un aéroport américain, le FBI enquête sur un acte de terrorisme

Un policier poignardé dans un aéroport américain, le FBI enquête sur un acte de terrorisme© Christinne Muschi Source: Reuters
Un immeuble où résidait Amor Ftouhi à Montréal

La police fédérale américaine enquête sur un acte de terrorisme, après qu'un homme a passé la frontière canadienne et poignardé un policier dans un aéroport du nord des Etats-Unis. Il en aurait en outre crié «Allah Akbar».

Le 21 juin, un homme, identifié comme Amor Ftouhi, Canadien de 49 ans habitant à Montréal et originaire de Tunisie, a poignardé un policier à l'aéroport de Flint, dans le nord des Etats-Unis.

Selon les premiers éléments de l'enquête, Amor Ftouhi est arrivé dans la journée à l'aéroport, où il a déambulé un certain temps avec deux sacs, avant de sortir un couteau de l'un d'eux, criant «Allah Akbar» et poignardant le lieutenant Jeff Neville dans la cou.

D'après les témoignages, malgré une grave blessure, le lieutenant n'a jamais cessé de lutter avec son adversaire jusqu'à ce que le chef de la police de l'aéroport, Christopher Miller, arrive pour menotter l'agresseur. Le policier blessé a été hospitalisé et se trouve dans un état stable.

Lire aussi : Daesh menace huit pays de carnage et conseille aux musulmans de «rester à l'écart»

Si l'assaillant a crié «Allah Akbar» au moment de l'attaque, il ne semble pas, selon les premiers éléments de l'enquête, qu'il ait publiquement revendiqué sur les réseaux sociaux être un «soldat du califat». Néanmoins, le FBI n'exclut pas la piste terroriste. Selon un communiqué de la justice américaine, Amor Ftouhi aurait fait référence aux opérations occidentales en Syrie, Irak et Afghanistan au moment de son passage à l'acte.

Le responsable local du FBI David Gelios a fait savoir que l'assaillant s'était montré «coopératif» et avait évoqué auprès des enquêteurs ses motivations après son interpellation. Il a décrit Amor Ftouhi, sans plus de détail, comme un homme ayant «de la haine pour les Etats-Unis».

A la demande du FBI, la Gendarmerie royale du Canada a procédé à une perquisition pendant plusieurs heures à Montréal, dans le petit immeuble où résidait Amor Ftouhi. Trois personnes, dont deux femmes, ont été emmenées par la police, le visage caché sous des vêtements.

«L'enquête aux Etats-Unis est toujours en cours, il est donc impossible pour nous de confirmer ou d'identifier quelque suspect que ce soit», a déclaré Benoit Boisselle, porte-parole de la police de Montréal.

Lire aussi : «Faux témoignages et mensonges» : Donald Trump fustige le témoignage de l’ex-patron du FBI

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.