Pékin furieux qu'un navire américain soit entré en mer de Chine sans permission

- Avec AFP

Pékin furieux qu'un navire américain soit entré en mer de Chine sans permission© John Philip Wagner, Jr / USPACOM
Le navire militaire américain USS Dewey
Suivez RT France surTelegram

Le navire militaire américain qui est passé près d'un îlot revendiqué par Pékin en mer de Chine méridionale est entré «sans permission» dans les eaux territoriales chinoises, d'après le gouvernement chinois.

Lors d'un point de presse, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Lu Kang, a fait part «du fort mécontentement» de la Chine à la suite d'une manœuvre de la marine américaine, au cours de laquelle un navire militaire américain s'est approché d'un îlot revendiqué par Pékin dans l'archipel des Spratleys.

Cet archipel est composé de 14 petites îles coralliennes ou de cayes peu habitées situées en mer de Chine méridionale. Il comprend un grand nombre de récifs dont une centaine restent apparents à marée haute.

Les Etats-Unis avaient annoncé le 24 mai qu'un bâtiment de la marine américaine, le Dewey, était passé «à moins de 12 milles nautiques» de cet endroit stratégique, dans une opération destinée à démontrer la «liberté de navigation» dans ces eaux contestées, selon un responsable américain. 

Pékin revendique une souveraineté «indiscutable» sur l'archipel des Spratleys 

D'après le porte-parole de la diplomatie chinoise, les autorités de Pékin ont «identifié le bâtiment américain conformément à la loi et lui ont intimé l'ordre de partir».

La manœuvre de la marine américaine a compromis «la souveraineté et la sécurité» de la Chine et aurait pu être à l'origine d'incidents navals ou aériens, selon Lu Kang.

Pékin a ainsi exhorté Washington à «corriger cette erreur» et à s'abstenir à l'avenir de nouvelles provocations qui pourraient compromettre la «paix et la sécurité de la région» ainsi que la coopération bilatérale Entre les Etats-Unis et la Chine.

La souveraineté de la Chine sur l'archipel des Spratleys et les eaux avoisinantes est «indiscutable», pour Lu Kang.

Les îles Spratleys font l'objet de conflits territoriaux entre la Chine, les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Bruneï et Taiwan, car la région est d'une grande importance stratégique d'un point de vue commercial. La Chine revendique l'essentiel de la mer de Chine méridionale, riche en ressources, y compris sur des zones très proches des côtes de nombreux pays d'Asie du Sud-Est. 

La construction d'installations militaires chinoises sur les îlots a été vivement critiquée par les autorités américaines. Pékin continue d'assurer que le différend sera résolu avec les pays concernés, rejetant une décision du tribunal de La Haye datant de l'été 2016 qui avait débouté les revendications chinoises et s'était prononcée en faveur des Philippines.

Lire aussi : Deux avions de chasse chinois interceptent un renifleur américain en mer de Chine orientale

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix