Mer de Chine méridionale : le président philippin assure que la Chine l’a menacé d’une guerre

- Avec AFP

Mer de Chine méridionale : le président philippin assure que la Chine l’a menacé d’une guerre Source: Reuters
De nouvelles tensions entre la Chine et les Philippines au sujet de la mer de Chine méridionale ?

Le chef de l’Etat philippin, Rodrigo Duterte, a affirmé le 19 mai que les dirigeants chinois avaient brandi la menace d'une «guerre» si les Philippines persistaient à revendiquer des ressources situées en Mer de Chine méridionale.

Rodrigo Duterte, qui a rencontré cette semaine en Chine le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang, a déclaré qu'il avait décidé de faire état publiquement de menaces qu’aurait proférées Pékin à l’encontre de son pays, sur la question de l’exploitation des ressources de la Mer de Chine méridionale. Il a justifié sa décision en assurant qu’il s'était vu reprocher dans son pays une attitude trop conciliante vis-à-vis des dirigeants chinois concernant ce litige.

«Je leur ai dit en face : c'est à nous et nous avons l'intention de forer pour rechercher du pétrole», a déclaré le président philippin, révélant son intention de prospecter du pétrole dans cette zone convoitée.

«Ils m'ont dit : "D'accord, nous sommes amis. Nous ne voulons pas nous quereller avec vous. Nous voulons maintenir notre relation d'amitié. Mais si vous insistez sur cette question, nous irons jusqu'à la guerre"», a-t-il ajouté.

Une zone stratégique très disputée

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, s'opposant aux prétentions rivales des Philippines et d'autres pays riverains (Vietnam, Brunei, Malaisie), qui contrôlent chacun plusieurs îles de cette zone stratégique.

La mer de Chine méridionale, un secteur clé pour le commerce maritime international, est depuis des décennies une zone potentielle de conflits militaires en raison de ces revendications territoriales concurrentes. Elle recèlerait en outre de vastes réserves de gaz et de pétrole.

Dans un arrêt rendu en juillet 2016, la Cour permanente d'arbitrage de la Haye, saisie par le prédécesseur de Rodrigo Duterte, Benigno Aquino, avait jugé illégales les revendications de Pékin sur l'essentiel de cette mer. Mais la Chine avait ignoré cet arrêt et mis en garde Manille contre toute tentation de l'utiliser pour étayer ses revendications.

Le président philippin avait jusqu'alors pris le contrepied de Benigno Aquino, qui se heurtait de front à la Chine sur cette question, préférant chercher à améliorer les relations économiques, politiques et militaires avec Pékin.

A son retour de son voyage en Chine, il avait déclaré le 16 mai qu'il était prêt à des accords sur une exploration des ressources naturelles de la mer de Chine méridionale, conjointement avec la Chine et le Vietnam. Il avait souligné qu'il n'avait aucune intention de faire pression sur la Chine concernant l'arrêt de la Cour permanente d'arbitrage de la Haye.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales