Syrie : frappe américaine contre un convoi d'une milice pro-gouvernementale près de la Jordanie

Syrie : frappe américaine contre un convoi d'une milice pro-gouvernementale près de la Jordanie
Illustration ©Reuters/US Air Force

Après avoir tiré des coups de semonce, l'aviation américaine a frappé une milice présentée comme pro-Damas, afin de la stopper. Cette dernière aurait fait mouvement contre des rebelles soutenus par la coalition occidentale.

Ce 18 mai 2017, l'aviation américaine a bombardé un convoi dans le Sud de la Syrie, à proximité de la localité d'At Tanf. Une source au Pentagone, citée par l'AFP, a précisé qu'il s'agissait d'une milice chiite, armée par le gouvernement de Damas mais agissant de manière indépendante. 

Toujours selon la même source, le convoi n'aurait pas répondu aux avertissements visant à l'empêcher de s'approcher trop près de forces de la coalition à At-Tanf, un camp de rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés. Dans cette région les forces spéciales américaines forment et entraînent des rebelles pour lutter contre Daesh.

Parallèlement, à Genève, les pourparlers de paix, entamés le 16 mai, se poursuivent entre Damas et les différents belligérants en Syrie. Premier résultat concret, l'ONU a annoncé le 18 mai que les représentants du gouvernement et de l'opposition avaient accepté de former un comité d'experts pour discuter des questions constitutionnelles. Ces pourparlers sont toutefois concurrencés par les négociations menées à Astana au Kazakhstan, à l'initiative de Moscou. Le 5 mai 2017, un mémorandum est entré en vigueur visant à mettre en place quatre «zones de désescalade», selon le terme employé par Vladimir Poutine, où les combats doivent cesser et l'aide humanitaire être acheminée.

Les garants du plan d'Astana, la Turquie, l'Iran et la Russie se sont fixés comme règle de distinguer les groupes armés de l'opposition des groupes terroristes que sont, selon le document : Daesh, le Front Fatah al-Cham (nouveau nom du Front al-Nosra, depuis qu'il a rompu avec al-Qaïda), ainsi que tous les groupes, entités et individus qui leur sont affiliés.

Lire aussi : Accusé par Damas d’avoir tué des dizaines de civils en bombardant Deir ez-Zor, Washington dément

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales