Pour 48% des jeunes Européens, la démocratie n'est pas la meilleure forme de gouvernement

Pour 48% des jeunes Européens, la démocratie n'est pas la meilleure forme de gouvernement© ANDREI PUNGOVSCHI Source: AFP
Image d'illustration

Selon une étude menée auprès de jeunes Européens, ils sont près de la moitié à être sceptiques à l'égard de la démocratie. Ils voient en outre l'Union européenne comme une alliance économique plutôt que comme des pays partageant des valeurs.

YouGov, une entreprise britannique spécialisée dans les enquêtes d'opinion, a livré le 4 mai les résultats d'une étude sur la façon dont les jeunes Européens perçoivent l'Union européenne (UE).

6 000 personnes âgées de 16 à 26 ans, vivant en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Pologne, en Grèce et en Italie y ont participé. L'étude avait été commandée par la fondation allemande TUI, dont le but est de favoriser le dialogue sur les problématiques européennes.

Première surprise : l'étude révèle que «seulement» 52% des personnes interrogées considèrent la démocratie comme la meilleure forme de gouvernement. Ils sont tout de même 62% à penser que c'est le cas en Allemagne et 66% en Grèce, alors que les jeunes Français (42%), Polonais (45%) et Italiens (42%) sont plus sceptiques.

Seul un tiers des jeunes européens pensent que les pays de l'UE partagent des «valeurs culturelles»

Sur les questions européennes en particulier, 76% des jeunes Européens sondés voient l'UE comme une alliance économique. Ils ne sont que 30% à croire que les pays qui composent cette organisation partagent «des valeurs culturelles».

«La force de cohésion de l'Europe basée sur des valeurs communes est depuis longtemps considérée comme acquise», a réagi Thomas Ellerbeck, l'un des responsables la fondation TUI, à la lecture des résultats. «Cette étude sur la jeunesse européenne montre que ce n'est plus le cas», a-t-il ajouté.

En outre, un peu plus d'un cinquième (21%) des jeunes interrogés souhaitent quitter l'UE, un chiffre qui atteint 31% en Grèce – l'une des principales victimes de la crise économique sur le Vieux Continent. Sur la question de la souveraineté nationale, 33% des Français voudraient que l'UE rende du pouvoir aux gouvernements nationaux contre 60% des Grecs et 44% des Britanniques, qui ont voté le Brexit l'année passée). A l'inverse seuls 17% des Français (et 15% des Européens en moyenne) ont émis le souhait que leur gouvernement cède plus de pouvoir à l'UE.

«Sur le principe, les jeunes adultes sont favorables à l'idée européenne, mais ils émettent de plus en plus de doutes quant aux mesures concrètes et aux projets à court terme», a estimé Markus Spittler, un analyste du Centre des sciences sociales de Berlin WZB qui s'est également penché sur les résultats de l'étude.

S'agissant des jeunes Européens, «ils peuvent être définis comme des Européens critiques», a-t-il souligné, ajoutant qu'ils «questionn[ai]ent des politiques spécifiques [de l'UE] et ses arrangements institutionnels».

Lire aussi : Le «syndrome de dimanche - 20h01» déterminera l’avenir proche de la France et de l’UE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»