Après 100 jours, Trump est au plus bas dans les sondages et rejette la faute sur les médias

Après 100 jours, Trump est au plus bas dans les sondages et rejette la faute sur les médias© Kevin Lamarque Source: Reuters

Seulement 100 jours sont passés depuis l’investiture du 45e président américain, mais sa cote de popularité ou plutôt d’impopularité bat des records : moins de 42% des Américains approuvent ce qu'il fait. Trump accuse les médias.

Selon un sondage réaliséà la demande de la chaîne ABC, la cote de popularité de Donald Trump a atteint le niveau le plus bas depuis 1945 pour un président américain au cours de sa première année de mandat. C'est Harry Truman qui était le titulaire de cette mauvaise performance.

Le sondage qui portait sur plusieurs thèmes montre que, sur l'ensemble des questions 58% des sondés ne sont pas satisfaits du tout de la politique menée par Donald Trump. Pourtant, en ce qui concerne la politique interieure et la création de nouvelles offres d’emploi, 73% des Américains se disent contents. En revanche 61% des sondés restent hostile à la nomination de Jared Kushner, gendre du président au poste de conseiller, ainsi qu'à l'implication de sa fille Ivanka dans la prise de décisions politiques.

La chaîne ABC a notamment précisé que la cote de popularité de Barack Obama en 2009 se trouvait aux alentours de 60%. Pour rappel, en 1945, seulement 13 des sondés étaient satisfaits de la nomination de Harry Truman après la mort de Franklin Roosevelt.

Pour Trump, son impopularité n’est qu’un résultat «fausses informations»

La réponse de Donald Trump ne s’est pas fait attendre. Il a accusé les médias d’avoir propagé de fausses informations, ce qui aurait entraîné la baisse de sa popularité.

«Les sondages actuels sont très bons si on prend en  considération que la majorité de médias publient de fausses informations et montrent une attitude presque toujours négative. J'ai quand même pu gagner les présidentielles», a-t-il précisé.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump accuse les médias de mentir. En janvier dernier, il avait dénoncé, devant un parterre de 250 journalistes, les «fausses informations» circulant à son encontre et diffusées dans certains médias américains, notamment concernant ses relations supposées avec la Russie.

Lire aussi : Vous êtes une chaîne de «fake news» : Donald Trump punit CNN et Buzzfeed

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.