Paris prétend détenir la «preuve» que Damas est responsable de la contamination chimique en Syrie

Paris prétend détenir la «preuve» que Damas est responsable de la contamination chimique en Syrie© Ammar Abdullah Source: Reuters
Le lieu présumé de l'impact du projectile ayant conduit à la contamination chimique

Jean-Marc Ayrault a assuré que les services de renseignement français diffuseraient dans quelques jours la «preuve» démontrant que l'armée syrienne est à l'origine de l'attaque chimique présumée de Khan Cheikoun.

La France apportera «dans quelques jours [...] la preuve que le régime syrien a bien organisé la frappe chimique» sur la ville de Khan Cheikoun, qui a fait 87 morts le 4 avril, a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, le 19 avril.

Lire aussi : Jean-Marc Ayrault profondément attristé et consterné par l'interview de Bachar el-Assad

«Nous avons des éléments qui nous permettront de démontrer que le régime a sciemment utilisé l'arme chimique», a déclaré Jean-Marc Ayrault sur la chaîne de télévision parlementaire. «Dans quelques jours je pourrai vous apporter la preuve», a-t-il assuré.

«Nous ne sommes pas les seuls. L'OIAC [l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques] va poursuivre son enquête», a-t-il ajouté.

Après le drame de Khan Cheikoun, la plupart des chancelleries occidentales s'étaient empressées d'accuser l'armée syrienne d'avoir mené un raid chimique sur la ville, sans avancer de preuves. 

Les Etats-Unis, qui ont lancé 59 missiles Tomahawk en direction d'une base aérienne syrienne en représailles à cette attaque chimique présumée, ont justifié leur raid dans un rapport, dont la pertinence a été contestée par le professeur Theodore Postol du MIT dans le Massachussets

La Russie, qui a opposé son veto au vote d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU visant à mettre en place une «enquête partiale», a soutenu son allié syrien dans sa volonté de faire toute la lumière sur cette affaire en demandant une enquête «complète et indépendante» de l'ONU

D'après Moscou et Damas, la contamination chimique aurait eu lieu à la suite d'un bombardement par l'aviation syrienne d'un dépôt d'armes contenant des gaz de combat qui appartenait aux djihadistes contrôlant la zone. 

Lire aussi : Bachar el-Assad : l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun est «une fabrication à 100%»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»