Huitième jour de manifestations contre les tarifs de l’électricité en Arménie

Des dizaines des milliers de personnes continuent de protester contre les hausses des prix de l’électricité. Les organisateurs insistent sur le caractère apolitique de leur mouvement, mais des experts estiment le contraire.

Les autorités arméniennes ont en partie cédé aux demandes des manifestants et ont décidé de prendre en charge le surcoût de l’augmentation des tarifs, dans l’attente des résultats d’un audit de l’entreprise, a annoncé le président arménien Serge Sargsian. Cette somme sera payée par le gouvernement jusqu’à ce que l’audit de la compagnie des «réseaux électriques d’Arménie» rende son bilan, pour savoir des violations seront constatées dans le fonctionnement de la société et si la hausse des tarifs se trouve ainsi justifiée.

La décision du président a été reçue avec joie par les manifestants qui ont commencé à fêter leur victoire, même si cette décision ne risque d’être que temporaire, le président ayant jugé pour sa part que «la hausse était justifiée».

Même si le gouvernement a donné des concessions aux manifestants, le membre du groupe «Non au vol» Vaguinak Chouchanian a annoncé que la manifestation se poursuivra jusqu’à l’annulation finale des tarifs, rapporté l’agence de presse arménienne Novosti-Arménia.

Les Arméniens manifestent contre la décision du gouvernement d’accroître les tarifs d’électricité déjà depuis huit jours, et ce rassemblement fait suite à celui de vendredi soir qui a rassemblé un nombre record de personnes.

Lors de la dernière manifestation, les manifestants ont publié une liste de mesures à mettre en œuvre par leur gouvernement. Premièrement, les militants exigent que l’augmentation de tarifs d’électricité soit annulée avant d’entamer des négociations pour réduire ces mêmes tarifs. Ils exigent aussi une enquête contre les policiers qui ont utilisé de la force contre ceux qui ont participé à une manifestation lundi.

Même si les manifestants clament que leur protestation ne poursuit pas de but politique, cela ne signifie pas que ce sera toujours le cas à l’avenir. Selon Paul Craig Roberts, l’ex-secrétaire-adjoint au Trésor américain, même si c’est une manifestation pacifique, «Washington essaiera de la tourner en quelque chose de plus grave».

En savoir plus : Craintes de «Maïdanisation» du mouvement de revendications sociales en Arménie

C’est le style de comportement des Etats-Unis : parfois, ils sont à l’origine des manifestations, parfois ils attendent le bon moment pour le faire, et nous l’avons vu en Ukraine, estime Paul Craig Roberts. «Toutes les révolutions de couleur qui «veulent instaurer la démocratie» sont financées», souligne l’ex-secrétaire-adjoint au Trésor avant d’ajouter qu’on donne de l’argent également aux hommes politiques qui forment les nouveaux gouvernements dans ces pays.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»