L’ambassade des Etats-Unis à Londres interroge un bébé de trois mois soupçonné de terrorisme

L’ambassade des Etats-Unis à Londres interroge un bébé de trois mois soupçonné de terrorisme© Luke MacGregor Source: Reuters
L’ambassade des Etats-Unis à Londres

Après qu’un Britannique a commis une erreur en remplissant un formulaire d'obtention de visa américain pour son petit-fils, le bébé a été convoqué et interrogé par l’ambassade des Etats-Unis en Grande-Bretagne.

Un bébé britannique de trois mois prénommé Harvey Kenyon-Cairns devait se rendre à l'étranger, en Floride, mais il a été convoqué à l’ambassade des Etats-Unis au Royaume-Uni car il était soupçonné de… terrorisme. La faute en incombe à son grand-père, Paul Kenyon, qui avait commis une erreur en remplissant le formulaire de demande de visa pour son petit-fils. En répondant à la question «Cherchez-vous à vous engager ou vous êtes-vous jamais engagé(e) dans des activités terroristes, d’espionnage, de sabotage ou de génocide?», il a coché oui par inattention.

Après réception du formulaire, des employés de l’ambassade des Etats-Unis ont convoqué le bébé qui habite dans la ville de Poynton. Sa mère et son grand-père l'ont accompagné à Londres, l'aller-retour a pris dix heures. Le grand-père de l’enfant était sidéré. «Je n’arrivais pas à croire  qu’ils ne comprenaient pas que ce n’était qu’une erreur et que le bébé de trois mois ne nuirait à personne», a-t-il confié au journal britannique The Guardian.

D’après Paul Kenyon, son petit-fils était calme et ne pleurait pas lors de l’interrogatoire. «Je pensais l’habiller dans une combinaison orange et puis j’ai changé d’avis. Ils ne semblaient pas avoir le sens de l’humour et ne pouvaient pas voir les choses du bon côté», a-t-il expliqué en faisant allusion aux combinaisons oranges, vêtement des prisonniers américains.

Lire aussi : Nice : un bébé nommé Mohammed Merah, la justice saisie

Cette erreur aura coûté 3 000 livres (plus de 3 500 euros) à Paul Kenyon : le visa n’a pas été octroyé à temps et il a dû changer ses billets d'avion.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales