Le Parlement européen interdit d'accès à un haut responsable syrien

Le Parlement européen interdit d'accès à un haut responsable syrien Source: AFP
Le Parlement européen

Convié au Parlement européen pour une conférence, un responsable syrien se voit refuser l’entrée dans le bâtiment par le président de l’institution européenne. Celui-ci a invoqué «l'usage récent d'armes chimiques» pour motiver son refus.

Ayman Soussan, ministre adjoint des Affaire étrangères du gouvernement syrien, ne pourra pas accéder au bâtiment du Parlement européen. La raison ? Le président de celui-ci, Antonio Tajani, lui a interdit le 7 avril toute entrée dans les locaux. Pourtant, ce responsable syrien devait participer le 10 avril à une conférence organisée par un eurodéputé espagnol, Javier Couso Permuy. 

Antonio Tajani a jugé que l'initiative de Javier Couso Permuy était «inopportune» en raison de «l'usage récent d'armes chimiques et des développements consécutifs». Il a décidé en conséquence de «ne pas autoriser [cette conférence] dans les locaux du Parlement».

«Je pense que c'est peut-être un mauvais signe qu'en temps de guerre, le Parlement européen ferme des espaces à la parole et à la confrontation de visions différentes», a rétorqué Javier Couso Permuy. Regrettant la décision d'Antonio Tajani, l'eurodéputé a rappelé qu'il travaillait avec d'autres eurodéputés depuis des mois pour «construire des ponts entre l'Union européenne et le gouvernement syrien et promouvoir un dialogue inclusif entre les parties en conflit».

«En temps de guerre, quand il semble n'y avoir aucune sortie, les ponts sont encore plus nécessaires», a-t-il ajouté.

Un incident chimique à l'origine d'une crise diplomatique entre Russie et Etats-Unis

L'incident chimique dont il est question est survenu le 3 avril dans la ville syrienne de Khan Cheikhoun et a contaminé plus de 80 personnes. A l'issue de celui-ci, les pays occidentaux ont pointé la responsabilité de Damas, évoquant une attaque chimique contre les civils. Face à ces accusations, La Russie a estimé que les premières accusations contre Assad avaient été portées «alors que personne n'avait encore accès à cette zone».

La Défense russe a par ailleurs déclaré être en mesure de produire des preuves irréfutables que l’aviation syrienne avait en réalité visé un entrepôt des «rebelles», dans lequel il s'est avéré qu'ils stockaient des produits chimiques.

Dans la nuit du 6 au 7 avril, les Américains ont frappé une base militaire syrienne, en invoquant la supposée responsabilité des autorités syriennes dans cette contamination de civils.

Lire aussi : Le Parlement européen dispense les Ukrainiens de visa, le site de demande de passeport saute

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.