Ex-chef de la cyber-sécurité britannique : l'attentat de Londres risque d'accroître la surveillance

Ex-chef de la cyber-sécurité britannique : l'attentat de Londres risque d'accroître la surveillance© ©imago stock&people / www.globallookpress.com
(Photographie d'illustration)

Les parlementaires du Royaume-Uni comptent-ils «profiter» de l'attentat de Westminster du 22 mars pour renforcer les mesures de surveillance intérieure ? C'est ce que pense l'ancien responsable de la sécurité informatique du gouvernement britannique.

«Il y a en ce moment un débat au Parlement au sujet de la "snooper’s charter" [surnom d'une loi sur le renseignement de 2016] et des pouvoirs de l'Etat, et je pense qu'ils [les parlementaires] essaient d'exploiter l'actualité pour tirer le débat dans leur sens», a mis en garde sur les ondes de la BBC, le 27 mars, le major-général Jonathan Straw, ancien chef de la cyber-sécurité du ministère de la Défense britannique. 

Selon l'ex-haut responsable, rendre accessible aux autorités les messages confidentiels de WhatsApp ou d'autres applications, comme le souhaite le gouvernement, aiderait les criminels ou les espions étrangers à les intercepter. Quant aux terroristes, assure-t-il, ils trouveront rapidement de nouvelles méthodes de communication confidentielles.

Jonathan Straw réagissait à des déclarations du secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Amber Rudd, sur l'extension des capacités de surveillance de l'Etat. La ministre juge «totalement inacceptable» que les autorités n'aient pas pu avoir accès aux messages cryptés envoyés par le terroriste de Westminster via WhatsApp. L'auteur de l'attaque meurtrière du 22 mars, en effet, avait utilisé cette plateforme de discussion instantanée quelques minutes avant son passage à l'acte.

Celle-ci garantit, depuis l'an dernier, «le chiffrement total de bout en bout» de ses conversations. La filiale de Facebook avait assuré en avril 2016 que personne ne pourrait lire les messages envoyés via son application – «Pas les cybercriminels. Pas les pirates. Pas les régimes oppressifs. Pas même [WhatsApp]».

Lire aussi : Le terroriste de Westminster aurait été mêlé à un projet d'attentat contre une base militaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»