Attentat au tweet ? Un homme inculpé pour avoir envoyé un GIF clignotant à un journaliste

Attentat au tweet ? Un homme inculpé pour avoir envoyé un GIF clignotant à un journaliste© Pichi Chuang Source: Reuters

Après avoir reçu un message contenant un GIF stroboscopique, Kurt Eichenwald affirme avoir été frappé par une crise d'épilepsie. Le FBI a retrouvé leur expéditeur, permettant ainsi au journaliste de porter plainte pour «cyberharcèlement».

Après trois mois d'enquête, le FBI a arrêté John Rayne Rivello pour des tweets qu'il avait envoyé au journaliste Kurt Eichenwald.

Le journaliste a porté plainte pour «cyberharcèlement», arguant que le suspect lui avait envoyé des images stroboscopiques en sachant pertinemment qu'il était épileptique.

L'un des tweets contenait le message suivant : «Tu mérites une crise [d'épilepsie] pour tes messages», avec une image clignotant frénétiquement (Attention ! Ce lien est susceptible de déclencher des crises d'épilepsie).

Selon la plainte, ce message fait partie d'une série envoyée par le compte – aujourd'hui fermé – @jew-goldenstein, tels que «J'espère que ça va lui provoquer une crise», «Spammez-le et voyons s'il meurt» ou encore «Je sais qu'il est épileptique».

Si l'on en croit le compte Twitter du journaliste, la stratégie a été payante. Le 15 décembre, il affichait le message suivant : «C'est sa femme, vous lui avez causé une crise. J'ai appelé la police pour dénoncer l'agression.»

Le suspect John Rayne Rivello, un vétéran de la guerre en Irak et en Afghanistan, affirme regretter son action et attribue son comportement au stress post traumatique que lui a légué sa vie de militaire.

Si le vétéran est le seul a avoir été poursuivi, il est loin d'être le seul à avoir envoyé des messages peu amènes à l'attention de Kurt Eichenwald. Ce dernier avait provoqué un véritable raz-de-marée à son encontre sur Twitter après son passage sur Fox News. Lors de son intervention, le journaliste avait été incapable de justifier les insultes qu'il avait proférées contre Donald Trump sur les réseaux sociaux, et encore moins de prouver, comme il l'affirmait, que le président des Etats-Unis avait été admis dans un hôpital psychiatrique en 1990.

Lire aussi : «Vous pratiquez le journalisme ?» : un présentateur de Fox News incendie un journaliste anti-Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.