LafargeHolcim prêt à vendre son ciment pour édifier le mur à la frontière américano-mexicaine

- Avec AFP

LafargeHolcim prêt à vendre son ciment pour édifier le mur à la frontière américano-mexicaine© Arnd Wiegmann Source: Reuters
Le PDG de LafargeHolcim Eric Olsen

Le PDG du groupe franco-suisse se dit prêt à vendre son ciment pour construire le mur contre les clandestins que Donald Trump veut dresser à la frontière avec le Mexique.

«Nous sommes prêts à fournir nos matériaux de construction pour tous types de projets d'infrastructures aux Etats-Unis», a confié Eric Olsen, le patron du géant du ciment franco-suisse LafargeHolcim, à l'AFP. Il était interrogé sur la possible participation de son groupe à la construction du mur controversé à la frontière américano-mexicaine que veut bâtir l'administration Trump pour lutter contre l'afflux d'immigrés clandestins.

«Nous sommes le premier cimentier aux Etats-Unis [...] Nous sommes ici pour soutenir la construction et le développement du pays», a justifié en anglais, le dirigeant, dans un entretien accordé le 9 mars.

Lire aussi : Des milliers de Mexicains dans les rues contre Donald Trump (VIDEO)

Le projet de mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars, est au centre d'une crise diplomatique entre Mexico et Washington. Il suscite également de vives critiques dans le monde.

Interrogé sur les éventuelles répercussions que pourrait entraîner un tel contrat sur la réputation du groupe, Eric Olsen insiste sur le fait que LafargeHolcim ne fait pas de politique.

«Nous n'avons pas d'opinion politique», a-t-il souligné. Il a par ailleurs refusé de s'exprimer sur le financement indirect par Lafarge en 2013 et 2014 de groupes armés en Syrie, afin de maintenir en activité l'une des ses cimenteries malgré les ravages de la guerre civile.

Créations d'emplois

L'entreprise espère être l'un des grands gagnants du programme d'investissements de 1 000 milliards de dollars promis par Donald Trump pour rénover les infrastructures américaines (ponts, tunnels, routes, aéroports). Ce plan, dont l'annonce est imminente, devrait inclure la construction du mur frontalier, croit savoir la presse américaine.

«Il va y avoir une hausse importante des dépenses pour les infrastructures», anticipe d'ores et déjà Eric Olsen, dont les permiers effets sur les résultats de LafargeHolcim pourraient se faire sentir dès 2018. «Nous sommes bien placés pour tirer profit de ces investissements», s'est félicité le PDG.

Lire aussi : L'économie française a créé 187 200 emplois en 2016, du jamais vu depuis 2007 selon l'Insee

Le groupe, qui a renoué avec les bénéfices en 2016 après une année 2015 dans le rouge, devrait annoncer dans les prochaines semaines des créations d'emplois aux Etats-Unis. «Je ne peux pas donner de chiffre exact mais ce sera important», avance Eric Olsen.

Autre élément qui pourrait séduire Donald Trump, qui martèle depuis des semaines sa stratégie de donner la priorité aux salariés, marchandises et entreprises américains : LafargeHolcim dispose de sites de production au Texas et opère au Nouveau-Mexique, ainsi qu'en Arizona. Il est donc déjà présent dans trois des quatre Etats américains frontaliers du Mexique. 

Paris appelle LafargeHolcim à «bien réfléchir»

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a appelé LafargeHolcim à «bien réfléchir», avant de vendre son ciment pour construire le mur à la frontière américano-mexicaine «parce qu'il y a d'autres clients dans le monde qui vont regarder cela avec une certaine stupéfaction».

«Je rappelle que les entreprises […] ont aussi une responsabilité sociale et environnementale», a déclaré le chef de la diplomatie française à la radio-télévision publique Franceinfo.

«Cette entreprise a déjà fait parler d'elle il y a peu de temps puisqu'elle a été accusée d'avoir financé [le groupe Etat islamique] pour pouvoir continuer des activités en Syrie», a rappelé Jean-Marc Ayrault.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales