Un commandant militaire ukrainien arrêté pour viols et tortures, son unité dissoute

Capture d'écran d'une vidéo de YouTube
Capture d'écran d'une vidéo de YouTube

Le commandant de l’unité de police ukrainienne Tornado qui a fait face à des condamnations de crimes violents par le passé, a été arrêté pour des faits d’enlèvements, de tortures ainsi qu’un viol. Les autorités ont dissout son unité.

Les combattants de l’unité composée de 170 membres se sont mutinés et ont déclaré que leur chef était victime de fonctionnaires corrompus qui profitent de la contrebande.

Le conflit entre le bataillon Tornado et Gennadiï Moskal, le chef de la zone de Lougansk contrôlée par Kiev a eu lieu mercredi. Tornado a arrêté un train de marchandises provenant des régions contrôlées par les forces antigouvernementales près d’une usine située dans la zone d’influence de Kiev. Les dirigeants de l’unité ont déclaré que le train transportait des marchandises de contrebande alors que Moskal assurait que la cargaison était une livraison régulière de charbon et a accusé Tornado de saisie illégale. 

Apparemment, l’opinion du responsable pèse plus que celui du commandant de Tornado Rouslan Onichtchenko qui, en compagnie de sept de ses hommes, a été arrêté le même jour.

Onichtchenko est maintenant suspecté d’avoir créé une bande avec qui il a commis de nombreux crimes entre janvier et mars 2015, a dit aux journalistes le Procureur militaire ukrainien en chef Anatoly Matios. Lui et ses subordonnés sont accusés de meurtres et autres crimes violents. Parmi les crimes présumés de la bande on compte au moins un viol, celui d’un homme, enregistré sur caméra, a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Intérieur Arsène Avakov a ordonné la dissolution de l’unité, sur demande de Moskal. Il a annoncé que toute l’unité serait passée au crible pour identifier d’éventuels autres criminels.

Mais cela risque d’être plus difficile à dire qu’à faire. L’unité Tornado s’est barricadée dans leur base et menace d’ouvrir le feu si celle-ci est prise d’assaut. Tornado ne possède pas que des armes à feu mais aussi des armes lourdes et des blindés. 

Plus tard, un des combattants de Tornado a dit à la Chaîne 5 ukrainienne que le bataillon obéira aux ordres d’Avakov.

«Nous avons été informés de l’ordre d’Avakov concernant la dissolution de notre unité… Nous obéirons mais nous voulons que la société soit engagée dans l’enquête sur les faits dont nous sommes accusés», a-t-il ajouté.

La chute de Tornado était prévisible. Elle est l’une des deux unités formées de combattants issue de la tristement célèbre unité Chakhtiorsk, dissoute en octobre 2014 suite à de nombreux cas de pillage. Le vice-commandant de Chakhtiorsk Rouslan Onichtchenko avai alors pris la tête du nouveau bataillon.

L’homme lui-même est une figure controversée. Il a au moins cinq condamnations de crimes dont un vol, un enlèvement et du chantage. Quelques combattants de Tornado auraient également des carrières de criminels par le passé.

Son passé criminel, néanmoins, a été déclaré comme des erreurs de jeunesse. En août passé, le fonctionnaire a qualifié Onichtchenko de combattant brave contre «l’occupation russe», sa tête étant mise à prix 100 000 chez les forces antigouvernementales.

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales