En France et dans toute l'Europe, des traces d'iode radioactif détectées dans l'air et les sols

En France et dans toute l'Europe, des traces d'iode radioactif détectées dans l'air et les sols© Getty Images
L'iode 131 est un élément radioactif artificiel dont la présence dans l'air et dans les sols est normalement insignifiante

Des concentrations anormalement élevées de cet élément d'origine artificielle ont été constatées en France et dans l'UE. Si elles sont a priori trop faibles pour constituer une menace pour la santé, on ignore tout de leur provenance.

L'annonce est passé inaperçue et a été peu reprise par les médias, malgré les questions qu'elle soulève : de l'iode radioactif d'origine artificielle est apparu dans l'air et dans les sols de plusieurs pays d'Europe courant janvier 2017, dont la France, la Finlande, la Norvège, la Pologne, la République tchèque, l'Allemagne et l'Espagne.

 

Le 13 février dernier, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publiait un communiqué qui faisait état de la détection de traces d'iode 131, «radionucléide d'origine artificielle» sur plusieurs sites. En France, des relevés effectués dans des stations de l'Essonne, du Puy-de-Dôme et de la Côte-d'Or ont permis de détecter des concentrations comprises entre 0,1 et 0,31 microbecquerels par mètre cube - un taux anormalement élevé.

Si leur quantité est «sans aucune conséquence sanitaire», assure l'IRSN, la présence de ces particules n'en demeure pas moins inexpliquée. Seule certitude pour l'heure : le rejet est très récent, car l'iode 131 disparaît totalement après 80 jours. 

L’iode 131 peut être produit par les réactions de fission provoquées dans les réacteurs nucléaires, et est aussi utilisé dans le milieu médical, notamment pour des diagnostics par imagerie ou par radiothérapie. Sa détection en si grande quantité pourrait alors être due non pas à des rejets anormaux mais à une concentration à cause de «conditions météorologiques particulières» favorisant «la stagnation des poussières dans les couches inférieures de l'atmosphère».

Lire aussi : Nuage toxique au-dessus d'une ville allemande après une fuite dans une usine chimique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales