Quand Trump évoque un mystérieux incident impliquant des migrants en Suède (VIDEO)

- Avec AFP

Quand Trump évoque un mystérieux incident impliquant des migrants en Suède (VIDEO)© Kevin Lamarque Source: Reuters
Donald Trump

Afin de défendre son décret sur l'immigration suspendu par la justice, le président américain a évoqué les drames liés selon lui à l'immigration non contrôlée en Europe... dont de mystérieux incidents qui auraient eu lieu en Suède.

«Regardez ce qu'il se passe en Allemagne. Regardez ce qu'il s’est passé la nuit dernière en Suède. En Suède ! Qui l’aurait imaginé ? La Suède ! Ils ont fait entrer un grand nombre de personnes, et rencontrent des problèmes qu’ils n’auraient jamais imaginés», a lancé le chef d'Etat américain Donald Trump, le 18 février devant ses partisans, afin de justifier la pertinence de son décret sur l'immigration retoqué par la justice. Seul hic : aucun incident notable (agression sexuelle, attentat, attaque...) ne semble avoir eu lieu le 17 février dans le pays scandinave.

«Regardez ce qu'il se passe à Bruxelles. Regardez ce qu'il se passe partout dans le monde. Regardez Nice. Regardez Paris», a poursuivi le président américain, semblant donc sous-entendre qu'une attaque terroriste avait eu lieu en Suède (l'Allemagne, Nice, Paris et Bruxelles ayant subi des attaques terroristes, en partie liées à la question migratoire, au cours des deux dernières années). Puis le dirigeant a martelé : «Nous allons garder notre pays en sécurité.»

Une surinterprétation des propos de Donald Trump par l'agence AFP 

En introduction d'une dépêche sur ce sujet, l'AFP a légèrement déformé les propos du président américain, affirmant que celui-ci avait fait référence à un «attentat» en Suède, ce qui est inexact – une information erronée reprise par de nombreux médias, dont RT France dans un premier temps. «Donald Trump a laissé la Suède perplexe, voire goguenarde, lors d'un discours prononcé samedi où il devisait sur la crise des réfugiés et l'insécurité dans le monde, et a évoqué un attentat commis dans le pays scandinave», a ainsi rapporté l'agence de presse française. Le titre de la dépêche en question était également trompeur : «Quand Donald Trump invente un attentat en Suède».

Cette imprécision prêtant à confusion a été épinglée, notamment, par le correspondant de BFMTV à Washington, Jean-Bernard Cadier.

Levée de boucliers parmi les dirigeants suédois

Les propos de Donald Trump sont en tout cas parvenus à provoquer l'indignation ou les railleries de plusieurs responsables suédois, ainsi que les hashtags ironiques #lastnightinSweden (hier soir en Suède) et #SwedenIncident (incident en Suède).

L'ex-Premier ministre suédois Carl Bildt a par exemple tweeté : «La Suède ? Un attentat ? Qu'est-ce qu'il a fumé ?»

Gunnar Hokmark, eurodéputé suédois, a retwitté le message d'un compatriote disant : «Hier soir en Suède, mon fils a laissé tomber son hot-dog dans le feu de camp. C'est tellement triste.»

«Mais comment [Trump] a-t-il pu le savoir ?», s'est demandé le député dans son tweet.

D'autres internautes se sont moqué de Donald Trump, publiant sous l'appellation «Plan secret pour un attentat en Suède» des instructions de montage de meubles Ikea.

Le site officiel national@sweden, qui est tenu chaque semaine par un citoyen suédois différent, a par ailleurs reçu quelque 800 questions en quatre heures.

«Non. Rien de ce genre ne s'est passé en Suède. Il n'y a pas eu d'attaque terroriste. Du tout», a répondu la responsable de la semaine, une bibliothécaire mère de famille.

La conseillère de Donald Trump Kellyanne Conway – qui a inventé la notion de «faits alternatifs» – avait déjà fait l'objet de critiques du même type, après avoir fait allusion au «massacre de Bowling Green» lors de plusieurs interviews. Elle avait expliqué par la suite qu'elle faisait référence aux «terroristes de Bowling Green», deux Irakiens inculpés en 2011 pour avoir tenté d'envoyer de l'argent et des armes à Al-Qaïda.

Lire aussi : Une conseillère de Trump évoque un massacre... qui n'a jamais eu lieu (VIDEO)

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a évoqué à trois reprises en une semaine l'attentat d'Atlanta (Géorgie), avant de se souvenir que celui-ci s'était en réalité produit à Orlando, en Floride.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales