Kremlin : la frappe russe ayant tué des soldats turcs en Syrie suivait des renseignements d’Ankara

Kremlin : la frappe russe ayant tué des soldats turcs en Syrie suivait des renseignements d’Ankara© Ministère russe de la Défense Source: Sputnik
Un avion de combat russe

La frappe aérienne russe effectuée dans l'espace aérien syrien qui avait tué accidentellement trois soldats turcs utilisait des données fournies par Ankara, a fait savoir le porte-parole du Kremlin.

«En ce qui concerne les raisons [de cet incident], elles sont malheureusement claires. Il n’y a pas de controverse. La situation est évidente : nos militaires ont suivi des renseignements envoyés par nos partenaires turcs, et aucun militaire ne devait se trouver dans ce périmètre», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en commentant la frappe aérienne russe ayant tué trois militaires turcs et blessé 11 autres dans le nord de la Syrie.

Ce dernier a également ajouté que l’incident avait eu lieu en raison d’un «manque de coordination dans la livraison des données». Moscou et Ankara ont conclu ensemble que les conséquences malheureuses de la frappe aérienne n’étaient pas volontaires.

La Turquie conteste les conclusions russes

Les militaires turcs ont confirmé ce 10 février qu’ils partageaient régulièrement des informations sur leurs opérations militaires en Syrie pour éviter une confrontation mais qu'ils avaient communiqué les coordonnées des soldats touchés par la frappe russe à Moscou la veille de l’incident, selon Reuters. Selon eux, les militaires se trouvaient sur la même position qu’au cours des dix jours précédents.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Erdogan ont évoqué l’incident dans une conversation téléphonique. «La discussion était extensive et productrive», a déclaré le porte-parole du Kremlin. Le chef de l’Etat russe a exprimé ses condoléances concernant la mort des militaires turcs.

La frappe aérienne ciblant des forces de Daesh dans la ville d’Al-Bab ont frappé par erreur dans la matinée du 9 février un immeuble où étaient stationnés des soldats turcs. Le ministère russe de la Défense a confirmé que la frappe n'était pas intentionnelle et le chef de l’état-major de la Russie, Valéri Guérasimov, a parlé par téléphone avec son homologue turc. Ils se sont accordés pour renforcer leur coopération et échanger des informations concernant leurs activités terrestres et aériennes respectives. Les militaires turcs ont déclaré être satisfaits des mesures et déclarations des autorités russes.

La ville d’Al-Bab est sous le contrôle des terroristes de l’Etat islamique depuis 2013. Les forces gouvernementales syriennes et l’Armée syrienne libre soutenue par la Turquie mènent une offensive commune sur la ville. Les forces aériennes russes effectuent des frappes aériennes contre des positions de Daesh dans la région.

Lire aussi : Moscou : les forces russes et turques mènent leur première opération commune contre Daesh en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales