«Idiots ! Fils de p...!» : Rodrigo Duterte condamne des policiers à se battre contre Abou Sayyaf

«Idiots ! Fils de p...!» : Rodrigo Duterte condamne des policiers à se battre contre Abou Sayyaf
Des soldats philippins combattent les terroristes d'Abou Sayyaf dans l'île de Mindanao, aux Philippines, en août 2016, photo ©MARK NAVALES / AFP

Après l'assassinat d'un homme d'affaires sud-coréen par des officiers de police de la force anti-drogue, des centaines de policiers sont tombés en disgrâce. Le président philippin leur a trouvé une punition et va les déporter dans le sud de l'île.

Rodrigo Duterte n'est pas content de ses forces anti-drogue. Aussi a-t-il convoqué quelque 400 policiers au palais présidentiel ce 7 février 2017. En guise de punition, il projette de les envoyer dans le sud des Philippines, région infestée par les terroristes de l'organisation islamiste Abou Sayyaf.

Après les avoir copieusement insulté, les traitant d'«idiots» et de «fils de p...», le bouillonnant président philippin leur a exposé le programme : 

«Je vais vous envoyer à Basilan [dans le sud des Philippines] y passer deux ans. Si vous vous en sortez vivants, vous pourrez revenir», a lancé Rodrigo Duterte à l'adresse des policiers corrompus, ajoutant : «Si vous y mourez, je dirai à la police de ne faire aucune dépense pour vous rapatrier ici et de vous enterrer là-bas.»

Exécution extra-judiciaire malencontreuse

Jusque-là protégés par le pouvoir philippin, les policiers des forces anti-drogue, bénéficiaient d'un véritable permis de tuer et d'une liberté d'action à leur discrétion contre les trafiquants de drogue, avérés ou non. Mais la mort d'un homme d'affaires coréen a changé la donne. Jee Ick-joo, 53 ans a été kidnappé et exécuté par la police lors d'un raid anti-drogue.

Le ministère de la justice philippin a confirmé que l'homme avait été étranglé puis brûlé, tandis que sa femme s'était acquittée d'une rançon d'un montant équivalent à 100 000 euros. Rodrigo Duterte a dû présenter ses excuses au gouvernement sud-coréen. Aussi, les policiers des unités anti-drogue sont subitement tombés en disgrâce. Rodrigo Duterte parle désormais des policiers comme étant «corrompus jusqu'à la moelle».

Depuis que le président philipppin a déclaré la guerre aux trafiquants de drogue après son élection en mai 2016, plus de 7 000 personnes ont été tuées, dont au moins 2 250 lors d'opérations de police.

Lire aussi : «Vous êtes de gros faux-culs» : Rodrigo Duterte s'attaque à l'Eglise catholique philippine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales