Innombrables violations du cessez-le-feu en Ukraine, les civils démunis, selon l’OSCE

Innombrables violations du cessez-le-feu en Ukraine, les civils démunis, selon l’OSCE© Sergueï Averine Source: Sputnik
Un immeuble endommagé lors des tirs de l'armée ukrainienne, à Donetsk

Des milliers de violations du cessez-le-feu de la part des deux parties au conflit ont été enregistrées, coupant l'accès des civils à l'eau et à l'électricité, a confié à RT le chef adjoint de la mission de l’OSCE.

La mission de l’OSCE a fat état d'une «intensification des violences depuis les premières heures du 29 janvier», a déploré Alexander Hug, chef adjoint de la mission d’observation de l’OSCE en Ukraine, dans une interview à RT, précisant que les experts de l’organisation avaient enregistré «des milliers» d'échanges de coups de feu et de tirs d’artillerie.

Les parties au conflit ont utilisé des pièces d’artillerie lourde, «notamment des systèmes Grad, les plus aveugles», a révélé le responsable de l’OSCE en se référant aux lance-roquettes soviétiques BM-21 qui auraient dû être retirés de la ligne du front, selon les accords de Minsk.

«Les armes lourdes doivent être retirées à au moins 15 kilomètres de la ligne de contact. Plus tôt dans la matinée, alors que j’étais sur la ligne de contact, j’ai entendu des tirs d’armes lourdes, ce qui montre clairement que les deux camps y ont eu recours dans des régions où ils ne le doivent pas», a confié Alexander Hug.

Ce dernier a en outre souligné que cette récente escalade de la violence avait causé «de grandes souffrances» aux civils dans la région touchée par les hostilités. «L’électricité a été coupée dans la région et les gens ont froid dans leurs appartements. Il n’y a pas de chauffage, et les approvisionnements en eau sont limités», a-t-il précisé.

Le chef adjoint de la mission de l’OSCE a appelé les deux parties à «faire preuve de respect et à permettre à des équipes de réparation de rétablir les services de bases».

En parallèle, il a noté que les deux parties impliquées étaient à même de mettre un terme aux violences «dans un délai très court», les groupes d’observation de l’OSCE ayant enregistré le 1er février la diminution de nombre de violations du cessez-le-feu «de milliers jusqu’à seulement quelques-unes en une heure».

Ce regain de tensions aurait été provoqué par une attaque de l’armée ukrainienne autour de la ville d’Avdeevka, située près de la ligne de dégagement entre les forces de Kiev et les rebelles, et par des tirs sur la ville de Donetsk. Selon Moscou, des soldats ukrainiens ont essayé de pénétrer dans des territoires contrôlés par les rebelles avec l’appui de l’artillerie. «Les rebelles du Donbass ont riposté… et repris le territoire», a affirmé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov en commentant la situation dans l’est de l’Ukraine.

Le vice-ministre ukrainien de la Défense Igor Pavlovski a, de son côté admis que les troupes ukrainiennes s’étaient avancées sur les positions rebelles, justifiant cette offensive comme étant une réponse à des actions rebelles.

Lire aussi : Kiev «pousse avec acharnement vers la voie militaire» dans le conflit du Donbass, selon Moscou

Le conflit dans l’est de l’Ukraine a éclaté en 2014 quand des habitants des régions de Donetsk et de Lougansk se sont prononcés contre le coup d’Etat à Kiev et ont déclaré leur volonté de faire sécession. En représailles, Kiev avait entamé une opération militaire qui, à ce jour et selon les estimations de l’ONU, a coûté la vie à environ 10 000 personnes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales