Donald Trump recadre John McCain et l'accuse de «chercher à déclencher la troisième guerre mondiale»

Donald Trump recadre John McCain et l'accuse de «chercher à déclencher la troisième guerre mondiale» Source: Reuters
Critiqué y compris par son propre camp à cause de son décret sur l'immigration, destiné à combattre le terrorisme islamique, Donald Trump a contre-attaqué sur Twitter

John McCain et Lindsey Graham ont publié une tribune pour le moins critique envers le décret sur l'immigration récemment signé par Donald Trump... qui n'a pas manqué de leur répondre de manière cinglante sur Twitter.

«Ces deux sénateurs feraient mieux de concentrer leurs forces contre l'Etat islamique, l'immigration illégale et la sécurité aux frontières, au lieu de chercher à déclencher la troisième guerre mondiale.» C'est par ces mots que Donald Trump a recadré John McCain et Lindsey Graham, respectivement sénateurs républicains d'Arizona et de Caroline du Sud, qui avaient critiqué sa récente décision de restreindre l'immigration sur le sol américain

Bien décidé à défendre sa politique migratoire actuellement sous le feu des critiques, le président américain avait publié un premier tweet dans lequel il affirmait que «les deux sénateurs se [trompaient]», et qu'ils traitaient du problème de l'immigration «avec faiblesse».

Le 29 janvier, John McCain et Lindsey Graham avaient en effet publié une déclaration commune afin de condamner le décret pris par le président des Etats-Unis plus tôt dans la semaine afin de limiter l'immigration. Selon eux, ce texte «envoie un signe, volontaire ou non, que l'Amérique ne veut pas de musulmans sur son territoire». Ils avaient ajouté qu'ils craignaient que ce décret «n'encourage le recrutement des terroristes au lieu d'améliorer la sûreté du pays».

Publié le 27 janvier dernier, le décret de Donald Trump est très controversé aux Etats-Unis et dans le monde. Il établit une interdiction de 90 jours pour les ressortissants de sept pays de pénétrer sur le sol américain, parmi lesquels la Syrie, la Libye, l'Irak ou l'Iran. L'admission de réfugiés a également été suspendue pendant 120 jours – une suspension à durée indéterminée étant prévue pour le cas spécifique de la Syrie. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.