L'assassin d'un soldat britannique pourra réclamer 23 000 euros pour ses dents cassées en prison

L'assassin d'un soldat britannique pourra réclamer 23 000 euros pour ses dents cassées en prison© Metropolitan Police Service Source: AFP
Michael Adebolajo

Un islamiste responsable du meurtre d'un soldat britannique pourrait réclamer plusieurs milliers d'euros de dédommagements pour avoir perdu deux de ses dents au cours d'une bagarre qui l'a opposé à cinq agents des services pénitentiaires en 2013.

Michael Adebolajo, un extrémiste islamiste emprisonné pour le meurtre brutal d'un soldat britannique en mai 2013, s'est attaché les services d'un avocat pour mener une bataille juridique à l'issue de laquelle il pourrait obtenir jusqu'à 23 000 euros de dédommagements, selon des informations rapportées le 22 janvier par le tabloïd britannique The Sun

Cette nouvelle a été accueillie avec colère et dégoût par la famille de Lee Rigby, le militaire assassiné par Michael Adebolajo avec l'aide d'un complice. «Ce n'est rien d'autre que l'argent du sang. C'est la dernière personne sur terre qui mérite un dédommagement», a déclaré la mère de Lee Rigby au journal The Sun. «Vous pouvez remplacer des dents cassées, mais vous ne pouvez pas ramener à la vie mon garçon bien-aimé», a-t-elle ajouté.

Ce n'est pas la première fois que Michael Adebolajo tente de poursuivre en justice les services pénitentiaires. En 2015, le prisonnier avait déjà intenté une action en justice mais aucun avocat ne l'avait épaulé dans cette initiative.

A l'époque, le ministère britannique de la Justice avait affirmé : «Une enquête policière sur cet incident a eu lieu et aucune accusation n'a été portée contre des membres du personnel.» Le ministère avait par ailleurs souligné : «Le public sera légitimement outragé à la pensée de cet homme recevant une indemnisation du contribuable et nous nous défendons résolument contre les plaintes à l'encontre du service pénitentiaire.»

Il faut remonter quatre années en arrière pour comprendre l'affaire. En 2013, Michael Adebolajo avait été placé en détention provisoire à Belmarsh, une prison de haute sécurité située dans le sud-est de Londres. Selon The Daily Mail, les gardes qui escortaient Michael Adebolajo jusqu'à sa cellule avaient été attaqués par ce dernier. Au cours de la bagarre, la tête du prisonnier avait heurté une fenêtre, et il avait perdu deux de ses dents de devant.

Les cinq agents des services pénitentiaires impliqués dans cette rixe avaient été suspendus le temps d'une enquête longue de six semaines. Ils avaient été blanchis par la suite et autorisés à retrouver leur poste. 

Michael Adebolajo et son complice Michael Adebowale ont respectivement été condamnés à perpétuité et à 45 ans de prison pour le meurtre sauvage de Lee Rigby, un jeune soldat britannique de 25 ans, en mai 2013, près de la caserne de l'artillerie royale à Woolwich, au sud-est de Londres. Le militaire avait été violemment tué à coups de couteaux, en pleine rue. 

Lire aussi : Nancy : un détenu radicalisé se voit remettre les noms de ses surveillants par l'administration

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»