Détroit d'Ormuz : un destroyer US tire des coups de semonce contre des vedettes iraniennes

Détroit d'Ormuz : un destroyer US tire des coups de semonce contre des vedettes iraniennes
Illustration ©Aaron Chase/marine US /Reuters

Le navire de guerre USS Mahan a tiré trois coups de semonce contre des embarcations des gardiens de la révolution iraniens dans la zone sensible du détroit d'Ormuz. Ces derniers n'auraient pas répondu aux demandes répétées des marins américains.

C'est un nouvel incident dans le détroit d'Ormuz, zone de tensions entre l'Iran, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis. Ce 8 janvier 2016, le destroyer USS Mahan a tiré trois coups de semonce en direction de vedettes rapides des Gardiens de la révolution, unité d'élite de l'armée iranienne. Selon l'agence Reuters, les vedettes iraniennes se seraient approchées à moins de 800 mètres du bâtiment de guerre américain.

Et leurs équipages n'auraient pas répondu aux tentatives répétées des militaires américains d'établir une communication. Les Iraniens n'auraient pas répondu à une injonction de la part du USS Mahan de réduire leur vitesse et de rester à distance.

Les incidents sont fréquents dans la zone du détroit d'Ormuz, passage stratégique et route des exportations d'hydrocarbures de la région. En octobre 2016, l'Iran avait mis en garde l'Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis, contre un exercice militaire d'envergure dans le détroit large de seulement 40 kilomètres.

En novembre 2016, un incident avait impliqué cette fois un navire de guerre iranien et un hélicoptère américain. Selon le Pentagone qui avait alors dénoncé une «provocation», le destroyer américain aurait pointé ses canons vers l'hélicoptère. En septembre 2016, l'USS New Orleans avait dû se dérouter pour éviter une collision avec les vedettes des gardiens de la révolution.

Lire aussi : Ormuz : un destroyer US de 155 mètres tire des coups de semonce contre des vedettes iraniennes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.