Turquie : 6 000 personnes «peu fiables» licenciées sur fond d'état d'urgence prolongé

Turquie : 6 000 personnes «peu fiables» licenciées sur fond d'état d'urgence prolongé© Murad Sezer Source: Reuters

Après avoir prolongé l'état d'urgence cette semaine, la Turquie a émis trois décrets entraînant le licenciement de 6 000 employés du secteur privé. Les nouvelles règles permettent également au gouvernement de renforcer son contrôle sur internet.

La Turquie vient d'adopter trois nouveaux décrets (679, 680 et 681), publiés le 6 janvier dans la Gazette officielle et directement dirigés contre des membres présumés de la Fethullah Organization (FETO), également appelé «Mouvement Gülen», organisation religieuse et sociale considérée comme terroriste par la Turquie et dirigée par l'imam turc opposant au gouvernement et exilé aux Etats-Unis, Fethullah Gülen. C'est à lui qu'Ankara a imputé le coup d'Etat avorté du 15 juillet 2016. 

Lire aussi : Turquie : 187 hommes d’affaires soupçonnés de liens avec Fethullah Gülen privés de leurs biens

Selon ces nouveaux décrets, 149 membres de la marine, 164 de l'armée de l'air et 838 fonctionnaires du ministère de la Santé ont été licenciés.

En outre, 1 699 employés ont été licenciés au ministère de la Justice, dont huit membres du Conseil d'Etat et un membre du Conseil suprême électoral, ainsi que 2 687 policiers, dont 53 commissaires de haut rang et 919 officiers en chef.

Outre les institutions gouvernementales, 649 personnes ont été licenciées dans les universités et 83 associations ont été fermées.

Pour faire face à la menace potentielle venant de personnalités turques à l'étranger, quatre attachés militaires postés dans des missions diplomatiques turques aux Etats-Unis, en Russie, en Italie et aux Pays-Bas ont été licenciés.

En vertu du nouvel ensemble de lois, les citoyens turcs qui résident à l'étranger ont 90 jours pour revenir en Turquie après avoir reçu une assignation judiciaire. Au-delà de ce délai, la nationalité turque pourrait leur être retirée.

Les nouveaux décrets élargissent également les pouvoirs du gouvernement pour renforcer le contrôle d'internet. La police est désormais autorisée à accéder aux informations personnelles des internautes.

Les nouvelles lois assujettissent également le personnel de sécurité privée à des vérifications d'antécédents. Ceux qui échouent aux épreuves ne seront pas en mesure de travailler dans ce secteur. Ceux qui travaillent dans la sécurité privée ne seront pas autorisés à porter leur arme en dehors de leur service.

Autre point important des nouveaux décrets : 11 journaux fermés à la suite du coup d'Etat avorté ont été autorisés à rouvrir.

Le 4 janvier, le parlement turc a prolongé l'état d'urgence pour trois mois supplémentaires, à compter du 19 janvier. L'état d'urgence national a été déclaré le 20 juillet à la suite du coup d'Etat avorté du 15 juillet, lors duquel 248 personnes ont été tuées et près de 2 200 blessées.

Le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus a déclaré que l'état d'urgence avait été étendu pour combattre la Fetullah Organization, accusée d'être derrière le coup d'Etat. 

«Le nettoyage des éléments de la FETO au sein de l'Etat n'est pas terminé. Nous avons besoin de l'application de l'état d'urgence jusqu'à ce que tous les groupes terroristes nuisant à l'Etat tels que la FETO soient anéantis», a-t-il déclaré. 

Depuis le putsch raté, le gouvernement d’Ankara se livre à une véritable purge. Environ 120 000 personnes ont été suspendues ou licenciées. Plus de 41 000 ont été emprisonnées.

Lire aussi : Turquie : 87 membres des services de renseignement limogés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.