L'Allemagne veut renforcer sa sécurité et faciliter les expulsions après l'attentat de Berlin

L'Allemagne veut renforcer sa sécurité et faciliter les expulsions après l'attentat de Berlin Source: Reuters
Après l'attentat de Berlin, la coalition gouvernementale au pouvoir risque de se déchirer à nouveau sur les mesures à adopter pour renforcer la sécurité de l'Etat allemand
Suivez RT France surTelegram

Le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a annoncé un plan de restructuration de la sécurité nationale après l'attaque terroriste perpétrée en décembre sur un marché de Noël à Berlin. Ses mesures ne font pas l'unanimité.

Dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Thomas de Maizière a détaillé, lundi 2 janvier, un ensemble de mesures qu'il considère essentielles pour «relever le défi qui se pose». Plusieurs d'entre elles prennent à rebours la ligne politique suivie jusqu'ici par la coalition au pouvoir, qui associe l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel et le Parti social-démocrate (SPD). 

La proposition de centraliser les compétences des services secrets est sans doute celle qui suscite le plus de remous. Jusqu'ici, le «Verfassungsschutz» était en partie décentralisé dans les différents Länder du pays. Thomas de Maizière souhaite désormais que le renseignement soit uniquement géré au niveau fédéral, «même s'il faut pour cela réformer la Constitution». Le ministre justifie cette mesure par le fait que «la coopération entre l'Etat et les Länder n'est pas optimale». Anis Amri, le terroriste de Berlin, était connu des services de renseignement, qui l'avaient identifié comme terroriste potentiel... avant de perdre sa trace. 

Autre mesure en réaction à l'attentat de Berlin : Thomas de Maizière propose de mieux organiser l'expulsion des demandeurs d'asile dont la requête a été rejetée. Le gouvernement allemand a en effet été la cible de vives critiques après les révélations par la presse qu'Anis Amri aurait dû être reconduit à la frontière à cause du refus de sa demande d'asile. «Nous devons mettre en place des centres gérés par l'Etat et destinés à préparer les expulsions dans des délais rapides de quelques jours ou quelques semaines», a annoncé le ministre.

Après des rumeurs de tentatives de piratage dirigées contre l'Allemagne, et notamment contre le Parlement, Thomas de Maizière a également affirmé qu'il voulait «une reprise en main par l'Etat fédéral des questions de cybersécurité», sans pour autant donner davantage de précisions à ce sujet.

Des propositions qui divisent l'exécutif

En Allemagne, où le fédéralisme est l'un des éléments les plus importants des institutions, de telles déclarations ont de quoi attirer les plus vives critiques. Outre la colère des Länder, vent debout contre la perte de prérogatives dont ils sont particulièrement jaloux, le ministre doit affronter la résistance du SPD. Le leader du parti, Sigmar Gabriel, a d'ores et déjà averti la CDU : «Nous ne devons pas mener la bataille contre le terrorisme islamiste sur l'unique front des renseignements ou de la police, mais également sur le terrain culturel.» 

A l'automne 2015, la CDU et le SPD s'était déjà déchirés sur la question des «zones de transit» pour les demandeurs d'asile refusés, la première y étant favorable et le second opposé. Le projet avait finalement été abandonné. Les négociations à venir entre les deux partis alliés, dont les points de désaccord se multiplient, s'annoncent donc d'autant plus difficiles que chacun entend se démarquer de l'autre à l'approche des élections législatives de l'automne.

Alors qu'Angela Merkel a d'ores et déjà annoncé qu'elle briguerait un quatrième mandat et peaufine sa candidature, sa politique d'accueil des réfugiés, de plus en plus impopulaire, a contribué à renforcer le parti Alternative für Deutschland (AfD), dont le programme anti-Union européenne et anti-immigration semble séduire un nombre sans cesse croissant d'électeurs.

Lire aussi : «Après l'attentat de Berlin, l'Allemagne va prolonger les contrôles à sa frontière»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix