L’Allemagne reconnaît ne pas avoir de preuves quant aux tentatives russes de pirater son élection

L’Allemagne reconnaît ne pas avoir de preuves quant aux tentatives russes de pirater son élection© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Le palais du Reichstag

Lorsque des médias allemands sonnent l’alarme face aux hackers russes, qui selon eux planifieraient de pirater les élections parlementaires de l’année prochaine, le gouvernement allemand n’a pas pu fournir de preuves de ce qu'ils avancent.

Berlin a officiellement reconnu de ne pas avoir de preuves tangibles que la Russie entendait perturber les élections législatives allemandes en septembre 2017, a répondu le gouvernement allemand à la demande déposée par un député du parti de gauche Die Linke, Andrej Hunko. Toutes ces accusations contre la Russie ne sont que des «suppositions» basées sur les déclarations de politiciens américains affirmant que des hackers russes ont piraté les élections américaines, selon la réponse exprimée par le ministère allemand de l’Intérieur.

Le communiqué souligne également que le gouvernement allemand n’a pas de preuves concernant une éventuelle intervention russe dans le référendum sur le Brexit, dans lequel plus de la moitié des Britanniques ont soutenu l’idée d'une sortie de l’UE.

Le gouvernement allemand a livré cette réponse suite à une requête officielle du parlementaire Andrej Hunko qui demandait «de quelles preuves fragiles ou solides le gouvernement dispose-t-il pour affirmer que "le renseignement russe" entendrait "se mêler" des élections fédérales de l’année prochaine "via des cyberattaques"».

Ce dernier a accordé une interview à RT Deutsch dans laquelle il a expliqué que sa demande avait été provoquée par une campagne de dénigrement massive contre la Russie organisée par certains politiciens et médias allemands. «Il y a beaucoup d’articles dans les médias allemands affirmant que la Russie interviendra dans les élections fédérales de l’année prochaine. J’ai demandé au gouvernement s’il y avait des preuves. Et la réponse a été qu’il n’y en avait pas… Donc, maintenant, c’est officiel, ils n’ont aucune preuve et ce débat doit prendre fin en Allemagne», a-t-il déclaré.

Campagne antirusse massive

De grands médias allemands ont bel et bien publié à plusieurs reprises des titres provocateurs alimentant les sentiments antirusses. En décembre, un certain nombre de journaux allemands ont publié des articles spéculant des présumées cyberattaques russes ayant pour but d’inteférer dans les élections parlementaires allemandes.

Ainsi, le journal Neue Osnabrueckener Zeitungs'est posé la question de savoir si des hackers russes pouvaient manipuler les élections parlementaires. FAZ a écrit que la Russie avait déjà piraté des documents classifiés du parlement allemand en citant des sources de sécurité anonymes. Et le 30 décembre, Stuttgarter Zeitunga évoqué la question de «la peur de fraudes» qui pourraient être le résultat d'une cyberattaque russe.

Fin novembre, la chancelière allemande Angela Merkel a personnellement déclaré que des hackers russes pouvaient être responsables de plusieurs cyberattaques en Allemagne. En parlant du piratage touchant environ 900 000 clients du grand groupe de télécommunication Deutsche Telecom, elle a fait allusion à un lien entre cet incident et la Russie. «Les cyberattaques ou conflits hybrides tels que décrits dans la doctrine russe, font aujourd’hui partie de la vie quotidienne et nous devons apprendre à y faire face», a-t-elle déclaré.

Le patron des renseignements extérieurs allemands Bruno Kahl a pour sa part affirmé que le renseignement allemand disposait de preuves que la Russie avait manipulé les élections américaines. «Leurs auteurs ont pour objectif de délégitimiser le processus démocratique en tant que tel, peu importe à qui cela profite», a-t-il avancé fin novembre.

Reste que les services de sécurité américains quant à eux ne sont pas à même de fournir de preuves solides concernant l'identité des auteurs de ces soi-disant cybertattaques. Le dernier rapport américain Les cyber-activités malveillantes de la Russie ne livre pas de preuves de liens entre les hackers impliqués dans les piratages aux Etats-Unis et le renseignement russe, mais inclut une clause de non-responsabilité qui indique que «le département de la Sécurité intérieure ne donne aucune garantie quant aux informations contenues dans le rapport».

Cependant, le manque de preuves n’a pas empêché Barack Obama d’imposer de nouvelles sanctions contre la Russie et d'expulser 35 diplomates russes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage