Attaque de Berlin, ambassadeur russe : «pendant ce temps», Barack Obama joue au golf

Attaque de Berlin, ambassadeur russe : «pendant ce temps», Barack Obama joue au golf
Barack Obama joue au golf à Hawaii, en décembre 2015, photo ©Jonathan Ernst/Reuters

En vacances à Hawaï, le président n'aurait raté son practice pour rien au monde. Aussi a-t-il demandé à ses assistants de simplement le tenir au courant des développements à Berlin et Ankara. Barack Obama est connu pour sa passion du golf.

En Allemagne, l'auteur de l'attaque de Berlin n'est toujours pas clairement identifié. Et en Turquie, l'assassinat de l'ambassadeur russe Andreï Karlov aurait pu déstabiliser encore un peu – si cela est encore possible – un Moyen-Orient ravagé par les guerres. Mais Barack Obama a une passion : le golf.

«Ce matin, le président a été informé par l'equipe de la sécurité nationale de l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie. Le président a donné pour instruction de le tenir au courant autant que nécessaire», indique un communiqué de la Maison Blanche, rendu public par le pool de journalistes qui suit l'emploi du temps du président. «Pendant ce temps, à 10h10, à Kailua, le van de la presse se prépare à partir» pour le terrain de golf, précise le service de presse du président.

Lire aussi : La police turque arrête six personnes après l’assassinat de l’ambassadeur russe

Le golf, une passion exigeante

Ce n'est pas la première fois que Barack Obama sacrifie quelque peu les affaires du monde pour s'adonner à sa passion. En septembre 2016, une opération de libération d'otages, kidnappés à Kaboul en Afghanistan, avait même échoué, faute d'avoir reçu le feu vert du président des Etats-Unis à temps, ce dernier se trouvant (encore) en vacances.

En 2013, un week-end en compagnie du joueur de golf Tiger Woods avait suscité la polémique. Le séjour, dans un complexe de luxe avec parcours de golf en Floride, de Barack Obama avec la star multi-millionnaire (600 millions de dollars estimés) du golf aurait coûté quelque 3,6 millions de dollars au contribuable américain, en frais de transports et de sécurité.

Lire aussi : Attentat en Turquie : «Le temps presse» pour réagir, mais l'Occident risque encore de se tromper

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.