Afghanistan : échec d'une libération d'otage, Obama, en vacances, n'ayant pas donné d'ordre à temps

Barack Obama, le 10 août, lors de ses vacances Source: Reuters
Barack Obama, le 10 août, lors de ses vacances

Deux professeurs kidnappés à Kaboul en août restent introuvables après l'échec d'une opération de sauvetage américaine pour les libérer. Le président des Etats-Unis, qui se trouvait en vacances, n'a pas donné à temps son feu vert à la mission.

«Le président était en vacances, comment n'a-t-il pas trouvé le temps d'approuver cette mission ?», s'est demandé un représentant au sujet de l’échec de l'opération de sauvetage en Afghanistan. «Les otages n'avaient pas le luxe d'avoir du temps», a-t-il ajouté.

L'Américain Kevin King et l'Australien Timothy weeks, professeurs d'anglais à l'université américaine de Kaboul, ont été enlevés le 7 août dernier.

Trois jours plus tard, les forces d'intervention des SEALS, appuyée par la CIA, localisent les deux otages et se lancent dans l'opération de sauvetage de toute urgence. En cours de route, l'autorisation est demandée au président pour libérer les deux hommes.

Lire aussi : Un reporter affirme que l’homme qui l’a brutalement enlevé en Syrie travaille maintenant avec la CIA

La réponse du commandant en chef, effectuée par radio, est laconique : «Le président ne peut se libérer de son emploi du temps pour donner le feu vert» a rapporté une source sécuritaire. Barack Obama est alors sur son lieu de vacances, le Farm Neck Golf Club, situé sur l'île de Martha's Vineyard dans le Massachusetts.

Le président américain voulant repousser l'opération de 24 heures, le commando a dû faire demi-tour. Le lendemain, lorsque l'autorisation fut enfin donnée, les SEALS déployés ont fait chou blanc. Les otages avaient été déplacés quelques heures plus tôt. Depuis, ils sont introuvables.

Lire aussi : Le président philippin qualifie Obama de «fils de pute»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales