Ancien combattant de Daesh : «On n’a aucune justification pour les morts civils» (VIDEO)

Deux anciens combattants de Daesh (capture d'écran d'une vidéo de RT)
Deux anciens combattants de Daesh (capture d'écran d'une vidéo de RT)

RT a pu obtenir un entretien avec des prisonniers détenus par le ministère irakien de l’Intérieur, qui ont combattu au sein de Daesh (Etat islamique), et leur a demandé quelles étaient leurs motivations au moment où il se sont enrôlés.

Alors que l’Etat islamique (EI) contrôle déjà d’importantes portions des territoires syrien et irakien et se rapproche de plus en plus de Bagdad, la capitale de l’Irak, certaines sources affirment que le groupe terroriste a organisé plusieurs cellules secrètes à l’intérieur même de la capitale. L’un des prisonniers, Abu Usama, était justement le chef d’une de ces cellules qui opérait dans l’arrondissement djihad de Bagdad. 

Il a expliqué qu’il avait été recruté par Daesh au moment d’être envoyé en prison pour des crimes légers.

Un autre prisonnier, Abu Baraa, était lui professeur dans une école religieuse, lorsqu’un de ses collègues l’a approché pour le compte de Daesh. Au sein de l’organisation terroriste, il travaillait comme chauffeur.

Comme beaucoup de jeunes recrues djihadistes, les deux ex-combattants, musulmans sunnites, croient que le leader de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi est un visionnaire et qu’il pourra sauver le monde.

«On nous a dit qu’Abou Bakr al-Baghdadi va établir un califat pour conquérir le monde entier, qu’il sera calife de tous les musulmans et que la Loi de Dieu va prévaloir», a déclaré Abu Usama, qui a effectué plusieurs attaques à la voiture piégée dans des quartiers chiites.

Il a ajouté que les victimes civiles n’entraient même pas en considération pour les dirigeants du groupe. 

«L’objectif principal était de renverser le gouvernement. Nous recevions des ordres de placer des bombes sur les routes pour viser les convois militaires et s’il y avait des civils, ils devaient périr aussi», a raconté Abu Usama.

L'autre prisonnier a avoué que leurs commandants leur ordonnaient d’effectuer des attentats sans donner aucune explication.

«On nous passait des ordres et nous devions tout simplement faire ce qu’on nous avait dit. Il n’y a aucune justification pour ces actions. Nous devions déstabiliser la sécurité», a expliqué Baraa.

Alors que Daesh combat principalement les forces gouvernementales, Abu Usama a avoué à RT que les Etats-Unis étaient son principal ennemi. «Les Américains ont détruit notre pays et d’autres pays dans le monde, et si j’ai une possibilité de les combattre je le ferai sans la moindre hésitation», a-t-il souligné.

Il est néanmoins à noter que les attentats organisés par l’Etat islamique ont tué près de 17 000 civils ne serait-ce qu’en Irak. Le groupe terroriste contrôle actuellement plusieurs villes stratégiques en Irak, dont Ramadi, la capitale de la province d’Anbar, et la deuxième plus grande ville du pays, Mossoul. En Syrie voisine, Daesh a également pris le contrôle de plusieurs localités, y compris Souran, prise la semaine dernière, et Palmyre, dont la ville antique est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’organisation utilise également les champs pétrolifères dont elle a pris le contrôle pour vendre du pétrole et financer ainsi ses opérations.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales