Le Qatar maintiendra son soutien aux rebelles syriens même si les Etats-Unis cessent le leur

Le Qatar maintiendra son soutien aux rebelles syriens même si les Etats-Unis cessent le leur© Alaa Al-Faqir Source: Reuters
Des combattants rebelles en Syrie, en novembre 2016 (photographie d'illustration)

Alors que le président élu des Etats-Unis Donald Trump envisage de mettre fin à l'aide américaine aux groupes rebelles en Syrie, les autorités qataries ont tenu à faire savoir qu'elles comptaient poursuivre leur soutien à ces combattants.

Le virage diplomatique que pourrait prendre Washington sur le dossier syrien avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, en janvier prochain, ne devrait pas affecter la ligne du Qatar : cité par l'agence Reuters, le ministre des Affaires étrangères qatari Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al-Thani a en effet déclaré, samedi 26 novembre, que son pays «continuerait à fournir des armes aux groupes rebelles syriens, même si les Etats-Unis arrêtaient de soutenir ces derniers».

«Nos positions sont basées sur des principes, des valeurs et sur notre évaluation de la situation locale», a expliqué le chef de la diplomatie qatarie, précisant toutefois que Doha souhaitait que Washington demeure son allié. «Nous voulons avoir les Etats-Unis de notre côté, bien sûr, ils sont notre allié historique», a-t-il ainsi assuré.

A diverses reprises durant la campagne présidentielle américaine, Donald Trump a promis un changement dans la politique syrienne des Etats-Unis, soulignant la nécessité de coopérer avec Damas et son allié russe afin de lutter efficacement contre le péril djihadiste. De son côté, le président syrien Bachar el-Assad a récemment qualifié l'ex-candidat républicain d'«allié naturel» si les Etats-Unis se décident à combattre les terroristes au lieu de les protéger.

Des déclarations à même d'inquiéter le gouvernement qatari qui, de même que les Etats-Unis jusqu'à présent, soutiennent militairement les groupes rebelles syriens qui combattent à la fois l'Etat islamique et les autorités du pays.

Cet engagement qatari et occidental en faveur des rebelles dits «modérés», mais aussi contre les terroristes djihadistes, a déjà montré de nombreuses limites : d'une part, la frontière entre rebelles et djihadistes n'est pas toujours aisée à distinguer – les Etats-Unis, par exemple, ayant soutenu les combattants de l'ex-Front al-Nosra, lié à Al-Qaida, avant de les qualifier d'ennemis. D'autre part, de nombreux équipements de guerre livrés à des groupes rebelles ont fini entre les mains des forces de Daesh.

Lire aussi : L’intérêt vital du Qatar ? Des liens très étroits avec l'Europe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.