L’équipage du Soyouz donne sa dernière conférence de presse avant son départ pour l’ISS

L’équipage du Soyouz donne sa dernière conférence de presse avant son départ pour l’ISS© MAXIM ZMEYEV Source: Reuters

C’est depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan que les trois membres de l’équipage, en présence de leurs doublures, se sont exprimés devant la presse, un jour avant leur départ pour l’ISS à bord du Soyouz.

Sous les applaudissements de la salle, le Français Thomas Pesquet, le Russe Oleg Novitski et l’Américaine Peggy Whistson ont fait leur apparition derrière la grande vitre de l'Hôtel des Cosmonautes, au sein duquel ils sont en quarantaine depuis deux semaines afin d'éviter de contracter toute maladie avant de rejoindre la Station Spatiale Internationale (ISS), au départ de Baïkonour le 17 novembre au soir. 

Si les visages étaient détendus, une certaine impatience se lisait néanmoins sur les visages, à à peine 24 heures du lancement tant attendu de la fusée Soyouz, depuis la Cité des Etoiles de Baïkonour. 

Lors de sa réponse à une télévision américaine, Peggy Whitson, a rappelé à quel point la coopération internationale est nécessaire, et fructueuse, en matière de recherche spatiale. 

L'Américaine a néanmoins émis des réserves sur un aspect de la mission... la nourriture ! Mais le Français Thomas Pesquet l'a tout de suite rassurée : «Mais cette fois-ci nous aurons de la nourriture française !».

Car, pour les occasions spéciales, comme pour les anniversaires de Peggy Whitson et du Français de 38 ans, ou encore pour le Nouvel An ou encore Noël, les cosmonautes auront droit à des petits plaisirs : des plats préparés par des grands chefs étoilés au guide Michelin.

Mais on se doute bien que ces explorateurs de l'espace ne se sont pas lancés dans cette aventure pour le plaisir de leurs papilles. Au cours de cette mission de six mois, de nombreuses recherches scientifiques portant à la fois sur l'espace et sur des préoccupations plus terre à terre, comme l'amélioration des tests de potabilité de l'eau ou encore des recherches portant sur des matériels médicaux. 

Lire aussi : Découvrez le lanceur Soyouz qui enverra Thomas Pesquet dans l'espace (VIDEOS)

Si l'attention médiatique sera concentrée sur le décollage du Soyouz, l'objet de préoccupation de Thomas Pesquet est plutôt focalisé sur les 48 heures de voyage, serrés à trois dans la capsule, avant d'atteindre l'ISS. Mais le Français a tout prévu, livres, jeu de cartes, dés, histoires à raconter... Histoire de réussir à passer le temps pour ce qui pourrait être les deux jours «les plus longs de sa vie».  

En attendant ce moment, le cosmonaute ne réalise toujours pas. Son rêve de côtoyer les étoiles ne deviendra réalité que lorsque que les moteurs surpuissants du lanceur Soyouz vrombiront pour lui faire franchir l'atmosphère. 

Sous les hourras de leurs soutiens et amis venus les soutenir, les cosmonautes et leur équipe de remplacement s'en sont allés, se préparant avant le grand départ prévu le 17 novembre à 21h20, heure de Paris. Le prochain point presse, aura lieu dans l'espace. 

Lire aussi : Thomas Pesquet, ce Français à 48 heures d'être dans les étoiles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.