Budgets : l'UE pointe un «risque de non-conformité» pour huit pays dont l'Italie

- Avec AFP

Budgets : l'UE pointe un «risque de non-conformité» pour huit pays dont l'Italie© Yves Herman Source: Reuters
Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières

La Commission a estimé le 16 novembre que huit pays de l'UE présentaient «un risque de non-conformité» avec les règles budgétaires européennes tout en levant la menace de suspension des fonds structurels pesant sur l'Espagne et le Portugal.

La Commission européenne a épinglé le 16 novembre les budgets présentés par l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Belgique, la Finlande, la Slovénie, la Lituanie et Chypre. Selon l'exécutif européen, ces budgets pourraient aboutir à «un écart significatif» avec les objectifs qui ont été fixés.

Cinq pays ont présenté des budgets «globalement conformes» aux règles du Pacte de stabilité et de croissance (PSC) : la France, l'Irlande, l'Autriche, la Lettonie et Malte. Cinq autres pays seulement sont en conformité totale, rappore encore la Commission : l'Allemagne, l'Estonie, les Pays-Bas, la Slovaquie et le Luxembourg.

La Grèce, en grande difficulté économique et soumise à un plan d'aide, n'est pas concernée par ces prévisions budgétaires.

Le PSC, qui vise à garantir la discipline budgétaire des Etats membres de la zone euro, fixe la limite maximale du déficit du budget de l'Etat à 3% du PIB et à 60% pour celle de la dette publique.

Parmi les pays «à problème», l'Italie, troisième économie de la zone euro et dont la dette, qui devrait atteindre 133% du PIB en 2016, est la seconde plus importante de l'UE derrière celle de la Grèce.

L'UE lève la menace de suspension des fonds structurels pour l'Espagne et le Portugal

«Nous n'allons pas proposer de suspendre ces fonds [structurels européens]. Je sais que c'était attendu et c'est évidemment une bonne nouvelle pour les deux pays», a déclaré le 16 novembre Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières 

Les deux pays de la péninsule ibérique avaient échappé en juillet à des amendes (qui auraient pu atteindre jusqu'à 0,2% du PIB) pour dérapage budgétaire en 2015. Ces sanctions auraient été sans précédent dans l'histoire de l'UE. 

En 2015, le déficit public espagnol avait atteint 5,1% du PIB, un chiffre bien au-dessus du plafond de 3% fixé par le pacte de stabilité et des objectifs de la Commission de 4,2%. Quant au Portugal, il avait affiché un déficit public de 4,4% du PIB l'an passé alors que l'objectif fixé était de repasser sous les 3%.

Les fonds structurels européens visent à réduire les écarts de développement en Europe en aidant les régions en difficulté.

Lire aussi : «Il y a une menace très lourde sur l’existence de l’Europe»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales