Un ministre israélien ultra-orthodoxe bloque une proposition de loi «anti-muezzin»

- Avec AFP

Un ministre israélien ultra-orthodoxe bloque une proposition de loi «anti-muezzin»© Amir Cohen
Des Juifs ultra-orthodoxes en prière lors d'une manifestation contre l'ouverture d'un super-marché le samedi à Ashdod, en Israël

La proposition de loi sur la suppression des appels du muezzin à la prière par haut-parleurs a été bloquée avant son examen par la Knesset par un ministre israélien de peur que cela ne limite aussi les sirènes annonçant le début du shabbat.

Selon les médias israéliens, le ministre de la Santé Yaacov Litzman, membre du parti ultra-orthodoxe Judaïsme unifié de la Torah, a fait appel mardi 15 novembre de la décision prise par la commission ministérielle des lois de soutenir un projet de loi limitant le volume sonore des appels à la prière des mosquées.

«Depuis des milliers d'années, la tradition juive a utilisé différents instruments, y compris des shofars [fabriqué dans une corne de bélier] et des trompettes», écrit le ministre dans sa lettre d'appel, pour annoncer le début du shabbat, jour sacré de repos hebdomadaire pour les juifs.

«Avec les développements technologiques, des haut-parleurs ont été utilisés pour annoncer le début du shabbat, à des volumes permis par la loi», a expliqué Yaacov Litzman avant de souligner que la proposition de loi constituait une atteinte à la pratique religieuse et au statu quo en vigueur depuis la création d'Israël entre les autorités religieuses et l'Etat.

Selon les médias, des députés arabes opposés au projet de loi ont fait pression sur Yaacov Litzman pour qu'il s'oppose à son examen, faisant valoir le droit à la pratique religieuse, commun aux juifs et aux musulmans.

La population israélienne comprend une minorité arabe (17,5%), musulmane dans son immense majorité, qui s'estime victime de discriminations. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948.

La proposition de loi avait été élaborée par des députés du Foyer juif, un parti nationaliste religieux membre de la majorité gouvernementale. Adopté le 13 novembre par la commission ministérielle des lois, le texte devait être voté en trois lectures par la Knesset avant d'être appliqué. Désormais, avec l'appel du ministre de la Santé, le texte doit de nouveau être soumis au vote de la commission.

Lire aussi : Jérusalem : échauffourées entre juifs orthodoxes et libéraux devant le Mur des Lamentations (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.