Un tsunami frappe la Nouvelle-Zélande après un tremblement de terre : au moins deux morts

- Avec AFP

Un tsunami frappe la Nouvelle-Zélande après un tremblement de terre : au moins deux morts© earthquake.usgs.gov
Une alerte tsunami lancée en Nouvelle-Zélande après un important tremblement de terre
Suivez RT France surTelegram

Un séisme de magnitude 7,8 a secoué la Nouvelle-Zélande le 13 novembre, avant d'être suivi par un tsunami. Outre les importants dégâts matériels, deux personnes ont trouvé la mort et plusieurs blessés sont à déplorer.

Le tremblement de terre, dont la magnitude a été initialement estimée à 7,4 avant d'être relevée à 7,8 par l'Institut de géologie américain (USGS), est survenu à 23h, heure locale, à quelque 90 kilomètres de la ville de Christchurch, sur l'île du Sud, où un séisme de magnitude 6,3 avait fait 185 morts en février 2011.

Le Premier ministre John Key a confirmé la mort de deux personnes dans le tremblement de terre, dont l’une a été causée par l’effondrement d’une propriété dans la région de Kaikoura, au nord de Christchurch. Il a ajouté qu’un hélicoptère militaire avait été envoyé en reconnaissance dans la zone.

Les médias néo-zélandais parlent par ailleurs de plusieurs blessés.

Après la catastrophe, les autorités ont lancé une alerte au tsunami concernant les zones côtières du sud du pays. Un premier tsunami y a ensuite été détecté.

«La première vague d'activité pourrait ne pas être très importante», a prévenu la défense civile nationale, ajoutant que l'activité du tsunami pourrait se poursuivre pendant plusieurs heures.

Le site du gouvernement néo-zélandais, GeoNet, a affirmé que le séisme avait été «largement ressenti» à travers le pays et mis en garde la population contre les secousses secondaires, diffusant des consignes de sécurité sur la internet.

«Nous étions endormis et nous nous sommes réveillés en sentant la maison trembler», a déclaré à l'AFP Tamsin Edensor, une mère de deux enfants à Christchurch.

«Ca a continué à aller et venir en s'intensifiant», a-t-elle ajouté, en indiquant que le tremblement de terre avait duré «longtemps».

Elle a déclaré qu'il n'y avait pas de signes de dégâts dans sa rue et que le courant électrique n'avait pas été coupé. «Nous ressentons des répliques pour le moment, et nous allons faire des réserves d'eau par précaution.»

En septembre, un petit tsunami avait touché les côtes orientales de la Nouvelle-Zélande à la suite d'un fort séisme en mer qui n'avait fait ni victimes ni dégâts.

La Nouvelle-Zélande se trouve à la limite des plaques tectoniques de l'Australie et du Pacifique, zone qui fait partie de la ceinture de feu du Pacifique, où jusqu'à 15 000 séismes sont enregistrés chaque année.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix