Un sous-marin néerlandais détecté et chassé par la flotille russe en Méditerranée

Un sous-marin néerlandais détecté et chassé par la flotille russe en Méditerranée© Alexander Nemenov Source: AFP
Un sous-marin russe lors d'un exercice à Murmansk

Le ministère russe de la Défense a accusé les Pays-Bas d'avoir tenté de surveiller les manœuvres de la flotte russe déployée en Méditerranée. Un sous-marin néerlandais aurait été détecté à 20 km de la flotte russe avant d'être chassé de la zone.

Dans un communiqué diffusé le 9 novembre, le ministère russe de la Défense a déclaré que les navires anti-sous-marins russes Severomorsk et Vice-amiral Koulakov avaient «détecté aujourd'hui un sous-marin des forces navales des Pays-Bas [... ] qui a tenté d'approcher le groupe du porte-avion russe de la Flotte du Nord dans l'est de la mer Méditerranée».

Le ministère a détaillé la riposte russe à cette tentative de surveillance : «Les navires ont suivi ses manœuvres pendant plus d'une heure et l'ont forcé à quitter la zone de déploiement du groupe du porte-avion russe.»

«Ces tentatives maladroites de se livrer à des manœuvres dangereuses à proximité immédiate d'un groupe de navires russes auraient pu aboutir à de graves incidents de navigation», a souligné le ministère russe. Selon la Russie, des sous-marins de l'OTAN seraient «régulièrement» détectés par les bâtiments de guerre russes.

De son côté, le ministère néerlandais de la Défense a déclaré ne faire aucune déclaration sur les opérations de sa marine. 

Lire aussi : La flottille russe poursuit sa route en Méditerranée et fait hurler l'Occident (VIDEO)

La Russie a renforcé ces derniers mois sa présence militaire en Méditerranée dans le cadre de son assistance militaire à la Syrie. Le déploiement de ces nouvelles forces navales russes a suscité une levée de boucliers de la part de pays membres de l'OTAN. 

Le 8 novembre, une source au sein du ministère russe de la Défense avait annoncé qu'une opération militaire imminente allait être lancée suite à l'échec de la trêve négociée par la Russie et les Etats-Unis. Des avions doivent notamment s'élancer en direcion d'Alep à partir du porte-avion Amiral Kouznetsov et du croiseur de bataille Pierre le Grand

La Russie dispose également d'installations portuaires militaires à Tartous, ainsi que d'une base aérienne à Hmeimim près de Lattaquié en Syrie. 

Lire aussi : L'OTAN pépare 300 000 soldats à intervenir en urgence dans les pays baltes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales