Cinq soldats tués et quatre autres disparus après une attaque terroriste dans l'ouest du Niger

- Avec AFP

Cinq soldats tués et quatre autres disparus après une attaque terroriste dans l'ouest du Niger© Joe Penney Source: Reuters
Un soldat nigérien entre dans une maison précédemment occupée par le groupe djihadiste Boko Haram, affilié à Daesh

Une attaque, qualifiée de «terroriste» par une source sécuritaire, aurait fait cinq morts, trois blessés et quatre disparus dans la zone de Ouallam, au Niger. Le pays est situé dans une région troublée par la présence de groupes djihadistes.

«Cette attaque terroriste contre la localité de Banibangou a fait cinq soldats tués, trois blessés et quatre autres sont portés disparus», a confié à l'AFP une source sécuritaire nigérienne sous couvert d'anonymat. 

Cette attaque, menée le mardi 8 novembre, s'est produite dans la région de Ouallam, située à proximité du Nord du Mali et à une centaine de kilomètres de la capitale, Niamey. Toute cette zone est devenue très instable en raison de nombreuses attaques très meurtrières.

Début octobre 2016, dans la région voisine de Tahoua, au nord-est, 22 soldats nigériens avaient été tués dans l'attaque d'un camp de réfugiés à Tazalit.

Le ministre nigérien de la défense,Hassoumi Massaoudou, s'était exprimé sur l'identité des assaillants et avait indiqué : «Ce sont des terroristes ! Des gens d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, d’Ansar Dine et du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA). Tous ces groupes, c’est la même chose. Ils viennent de Kidal et Tinzawaten [deux localités du nord du Mali] et sont repartis au nord du Mali après leur forfait. Nous les avons poursuivis mais nous avons dû nous arrêter à la frontière. Barkhane [la force française déployée au Sahel] et la Minusma [Mission de l’ONU au Mali] ont été alertées.»

Malgré des frontières considérées comme poreuses, le Niger constitue, selon l'AFP, un îlot de stabilité dans une zone en proie aux troubles. Des pays frontaliers du Niger tel que le Mali, la Libye ou le Nigeria sont devenus la proie de groupes armés djihadistes comme Boko Haram, Al-Qaïda au Maghreb islamique ou Ansar Dine.

Lire aussi : Niger : Mais qui contrôle Bosso depuis l’attaque de Boko Haram ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»